CNPA

(Monde) Fortes tensions chez Volkswagen autour du plan d’économies | Le président du constructeur automobile allemand, Matthias Müller, a appelé à la raison après l’échec des discussions entre syndicats et direction.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

Au Québec, ce sera l’État qui commercialisera le cannabis

Mais tout d’abord, quelques explications préalables pour expliquer le contexte; le lien vers l’article est à la fin.
Bon, sans plus tarder, l’article:
http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201710/23/01-5141017-cannabis-une-filiale-non-commerciale-de-la-saq-sera-creee.php
submitted by YakaFokkon to france [link] [comments]

Voitures électriques : des promesses utopiques ?

Les chefs politiques, qui veulent multiplier les véhicules électriques sur les routes du Québec pour lutter contre le réchauffement de la planète, ont oublié un détail important : il manque déjà de voitures vertes pour répondre à la demande. Les partis ont beau annoncer des objectifs ambitieux, ils ne pourront les réaliser si les manufacturiers n'augmentent pas substantiellement leur production, estiment les spécialistes. « Actuellement, il y a tellement plus de demandes que de disponibilité des véhicules », souligne Martin Archambault, président de l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ). « La loi zéro émission, entrée en vigueur en janvier dernier, n'a eu aucun impact, parce qu'elle n'a pas de dents. » Mario Giroux peut en témoigner. S'il était resté sur la liste d'attente d'un concessionnaire Nissan, il attendrait encore sa Leaf. Après quatre mois, exaspéré par les délais, il a acheté le mois dernier une voiture proposée sur un forum sur Facebook. Sa conjointe Nancy aurait aussi souhaité remplacer son auto à essence par un modèle électrique, l'eGolf de Volkswagen. « Un concessionnaire de la Rive-Nord m'a dit qu'il y avait un an et demi à deux ans d'attente pour l'obtenir », dit-elle, découragée. Les délais pour mettre la main sur une voiture verte peuvent aller de deux à trois mois pour une Nissan Leaf à plus d'un an pour une eGolf, selon les observations de Martin Archambault. Des concessionnaires Volkswagen ont même répondu à des clients intéressés par leur voiture électrique qu'ils ne prenaient pas leurs noms, parce que leur liste d'attente était déjà trop longue. « Comme les moteurs électriques sont plus fiables et exigent moins d'entretien, les concessionnaires feront moins d'argent avec le service. On a donc l'impression qu'ils démontrent peu d'intérêt pour les nouvelles technologies. » - Martin Archambault, président de l'Association des véhicules électriques du Québec Les ventes de véhicules électriques doublent annuellement, depuis quelques années, au Québec. Mais la hausse serait encore plus marquée s'il y avait plus de modèles et de voitures, selon Martin Archambault.
OBJECTIFS IRRÉALISTES ?
Actuellement, 37 600 véhicules rechargeables circulent au Québec, dont 14 500 totalement électriques. Le gouvernement libéral s'est fixé un objectif de 100 000 véhicules rechargeables d'ici 2020. Le Parti québécois promet de son côté de faire grimper à 25 % la proportion d'autos rechargeables vendues au Québec en 2025 (soit environ 125 000 par année), tandis que Québec solidaire vise 100 % d'ici 2030. Ces objectifs sont-ils réalistes ? Même si les cibles gouvernementales sont assorties de pénalités pour les constructeurs qui ne vendent pas assez d'autos électriques, elles seront difficiles à atteindre, selon Ian Sam Yue Chi, vice-président directeur général de la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec (CCAQ). Pourquoi les manufacturiers ne peuvent-ils répondre à la demande ? « Le marché est en cours d'adaptation, mais il faut du temps pour planifier de nouvelles usines et s'assurer que les pièces, comme les batteries, sont disponibles. » - Sam Yue Chi, vice-président directeur général de la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec Il souligne que 15 nouveaux modèles électriques ou hybrides sont proposés depuis un an au Québec, pour un total de 40 modèles. Les vendeurs sont maintenant formés sur ce type de voiture et ne demandent pas mieux que de répondre aux besoins des clients, assure-t-il. Mais la transition ne se fait pas instantanément.
PARCOURS DU COMBATTANT
Pour encourager l'achat de véhicules électriques, il faut aussi un meilleur réseau de bornes de recharge rapide, demande l'AVEQ. Sur les axes les plus achalandés, comme le corridor Québec-Montréal, il y a souvent de la congestion aux bornes, par exemple à Drummondville et à Laurier-Station, ce qui retarde les utilisateurs. Ceux qui conduisent une voiture âgée de quelques années, avec une autonomie moindre, et qui se déplacent en région éloignée doivent faire preuve de débrouillardise, d'organisation et de beaucoup de flexibilité. Les dernières vacances de David Manningham, un résidant de la Côte-Nord, au volant de sa Nissan Leaf 2015 ressemblent à un parcours du combattant : avec une autonomie de 140 kilomètres, un voyage de Sept-Îles vers la Gaspésie, puis vers Thetford Mines et Québec a nécessité une planification méticuleuse et de nombreux arrêts. Le retour, de Thetford Mines à Sept-Îles, un trajet de 745 kilomètres, prendrait un peu plus de neuf heures s'il était fait d'un seul trait. Il a nécessité 19 heures et 10 arrêts, notamment dans un motel pour une nuit, le temps d'une recharge complète. Il a dû rouler sans chauffage, alors que le mercure avait chuté, en soirée, pour économiser sa batterie et ne pas tomber en panne avant la prochaine borne. Il a même obtenu une permission spéciale pour se brancher sur le traversier Baie-Comeau-Matane. « Sauf que mes vacances m'ont coûté 20 $ d'électricité, alors que la facture d'essence aurait dépassé 200 $ pour un tel trajet », souligne-t-il, ajoutant que le confort de conduite d'une voiture électrique est inégalé. En juin dernier, le gouvernement a annoncé l'ajout de 1600 bornes de recharge rapide sur le réseau public (Circuit électrique), qui n'en compte actuellement que 125 (en plus de 1500 bornes ordinaires). L'AVEQ en demandait 2000. Hydro-Québec prévoit commencer leur installation d'ici la fin du mois.
RECHARGE AU BOULOT
Résidant d'Orford, Frédéric Desjardins va travailler en voiture électrique depuis qu'il peut se recharger dans le stationnement de son employeur, Bombardier Produits Récréatifs, à Valcourt. « Nous sommes 25 à 30 employés de la division R et D à conduire des véhicules électriques, et nous avons 12 bornes dans le stationnement. On s'est fait un horaire pour permettre à tout le monde de se charger pendant la journée », dit celui qui roule en Nissan Leaf depuis 2015. Certains automobilistes ne peuvent pas non plus brancher leur voiture à domicile, parce qu'ils se garent dans la rue ou dans un stationnement collectif (immeubles de logements ou en copropriété). Des syndicats de copropriétaires ont déjà refusé l'installation d'une borne pour un propriétaire. Maxime Séguin-Durand, qui habite le Plateau Mont-Royal, ne rechigne pas à marcher cinq minutes pour recharger son véhicule à la borne publique la plus proche. « Ce n'est peut-être pas pour tout le monde, mais pour moi, c'est un bien petit inconvénient en comparaison de tous les avantages à conduire une voiture électrique. » http://www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec-2018/201809/29/01-5198433-voitures-electriques-des-promesses-utopiques.php? Source:utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_auto-ecolo_6552_section_POS1
submitted by MediumFault to france [link] [comments]

Les idéologues du capitalisme décadent - La banqueroute des économistes bourgeois de gauche - Par Joseph Seymour et Bruce André (2 - 2) Janvier 2018

https://archive.li/gYdzR
La structure de l’étude historique de la croissance de l’économie américaine qu’a faite Gordon se base sur le concept de trois révolutions industrielles successives. La première (la RI n° 1) découlait d’inventions survenues entre 1770 et 1820, principalement la machine à vapeur et ses retombées – le chemin de fer, le bateau à vapeur et le passage du bois au fer et à l’acier. La deuxième (la RI n° 2) découlait de techniques développées à la fin du XIXe siècle, notamment l’électricité et le moteur à combustion interne. La troisième (la RI n° 3), qui a commencé dans les années 1960, était centrée sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC), comme les ordinateurs et les smartphones.
Pour Gordon, la cause fondamentale du ralentissement de la croissance de l’économie américaine ces dernières décennies a été l’atténuation des effets de la deuxième révolution industrielle et la puissance insuffisante de la troisième :
« La diminution de près de moitié de l’augmentation de la productivité reflète l’essoufflement de la stimulation de la production engendrée par les grandes inventions de la RI n° 2. Celle qui lui a succédé, la RI n° 3 orientée vers les TIC, a été suffisamment puissante pour provoquer un redressement tendanciel de la croissance de la productivité, qui a atteint en moyenne 2,05 % pendant la décennie 1995-2004. Mais la capacité des innovations liées aux TIC à stimuler la croissance de la productivité s’est essoufflée après 2004. »
Gordon ne considère jamais la possibilité que certaines innovations techniquement progressistes pourraient ne pas être transformées en marchandises commercialisées massivement parce qu’il n’est pas rentable de le faire. Nous reviendrons plus loin sur son insistance que l’informatisation et les nouvelles technologies numériques en général ne pourront pas à l’avenir augmenter la productivité du travail de façon significative. En fait, il soutient que ces technologies ont pour l’essentiel épuisé leur potentiel.
Examinons pour le moment le postulat implicite de Gordon que toutes les nouvelles marchandises commercialisées massivement étaient plus efficaces que celles qu’elles ont remplacées, et qu’elles ont augmenté le niveau de vie de la population. En particulier, intéressons-nous au remplacement partiel du tramway, du métro et du train surélevé électrifiés par l’automobile, un processus qui a démarré entre 1910 et 1930. Gordon analyse de façon détaillée cette transition d’un moyen de transport des personnes à un autre. Mais il n’essaie pas de comparer leur efficacité technico-économique. Les métros et les trains surélevés électrifiés dépensaient-ils plus ou moins de ressources économiques par passager-kilomètre que des Ford T ? Et si la réponse est moins, où est donc l’avantage de l’automobile ?
Gordon reconnaît que le développement de l’automobile n’a pas simplement été le résultat du fonctionnement du capitalisme de « libre marché ». La politique gouvernementale a été un facteur causal très important :
« Le gouvernement avait pour politique d’encourager l’étalement urbain, sapant la viabilité financière des transports urbains et des trains de voyageurs. Avant même la Deuxième Guerre mondiale, les politiques publiques étaient biaisées en faveur de l’automobile, avec la construction de rues et d’autoroutes sur fonds publics tandis que les transports urbains et les transports ferroviaires interurbains devaient fonctionner comme des sociétés privées autosuffisantes. Au début, on construisit beaucoup de routes en émettant des obligations dont les intérêts étaient remboursés par les impôts fonciers locaux, de sorte que le propriétaire d’une voiture et l’usager des transports publics payaient la même chose pour construire un système routier qui rendait la voiture toujours plus attractive par rapport aux transports collectifs. »
Toutefois, Gordon ne se prononce pas sur la question de savoir si la politique gouvernementale favorisant les déplacements en voiture aux dépens des transports publics de masse était rationnelle économiquement et bénéfique socialement. Et il n’explique pas non plus pourquoi les autorités nationales et locales ont mené cette politique en faveur de la voiture. La réponse, bien sûr, tient principalement à la course au profit des capitalistes : les politiciens bourgeois impliqués étaient liés aux propriétaires des grandes entreprises automobiles, comme Henry Ford et Alfred P. Sloan (le PDG de General Motors), ainsi qu’aux industries du caoutchouc et du pétrole qui fabriquaient les pneumatiques et l’essence.
Lutte de classe et réduction du temps de travail
Gordon déclare que son livre « n’étudie pas seulement le niveau de vie du point de vue du consommateur ; il examine aussi la qualité des conditions de travail, tant à la maison qu’à l’extérieur ». Gordon s’en tient à son thème principal : la population américaine a connu pendant la première moitié du XXe siècle une amélioration qualitative de ses conditions de vie quotidiennes. Il cite la réduction de la semaine de travail, qui est passée de 60 heures au début du XXe siècle à 41 heures en 1950. Mais sa vision du monde de bourgeois de gauche l’aveugle : il passe à côté à la fois de la cause fondamentale de ce changement majeur dans la vie des travailleurs et des limitations inhérentes de son impact sur leur qualité de vie.
Selon Gordon, la réduction moyenne de la semaine de travail résultait d’un intérêt partagé entre les propriétaires des entreprises et leurs ouvriers – que la main-d’œuvre soit bien reposée et en bonne santé. Il écrit :
« Les interprétations de la tendance à la réduction du temps de travail se focalisent sur l’opinion largement partagée, à la fois du côté des dirigeants des entreprises et de celui des syndicats, que cette réduction améliorerait les performances des travailleurs et ferait augmenter la production. Une augmentation de la productivité et des salaires rendait possible une réduction progressive du temps de travail, car les semaines de 60 ou 72 heures avaient créé une classe ouvrière masculine complètement épuisée. »
A l’appui de cette analyse, Gordon invoque la législation adoptée pendant l’« Ere progressiste » [1897-1920] et le New Deal des années 1930.
En fait, la semaine de 40 heures a été arrachée par des décennies de batailles de classe féroces et souvent sanglantes menées par le mouvement ouvrier. L’agitation pour la journée de huit heures et pour les syndicats menée par la classe ouvrière industrielle naissante conduisit à la grande grève des chemins de fer de 1877, qui fut brutalement réprimée par l’armée. Lors du massacre de Haymarket, en 1886, la police de Chicago attaqua les ouvriers qui manifestaient pour la journée de huit heures et arrêta huit militants syndicaux anarchistes qui furent ensuite emprisonnés ou exécutés après un procès truqué. Lors de la grève dite des Petites Aciéries en 1937, dont l’une des revendications était la semaine de 40 heures, la police assassina dix ouvriers devant les grilles de l’usine Republic Steel, dans le Sud de Chicago – une tuerie qui est passée dans l’histoire sous le nom du « massacre de Memorial Day » [journée en l’honneur des soldats américains morts au combat].
Aujourd’hui ont passé plusieurs décennies de guerre de classe unilatérale, menée par la bourgeoisie, et de reculades d’une bureaucratie syndicale bornée. La semaine de 40 heures a été progressivement grignotée. Le temps de travail hebdomadaire moyen pour les salariés américains à plein temps est aujourd’hui d’environ 47 heures, près d’une journée de travail supplémentaire de huit heures par semaine. Environ un salarié à plein temps sur cinq travaille 60 heures ou plus par semaine, alors que des millions de travailleurs sont au chômage ou obligés de travailler à temps partiel.
Les travailleurs doivent lutter pour une diminution de la semaine de travail sans perte de salaire, en liant le combat pour des conditions de travail décentes à la lutte pour un emploi pour tous. Une semaine de travail de 30 heures, payées 40, et le partage du travail disponible entre toutes les mains, serait un grand pas pour résoudre à la fois le chômage et les graves problèmes de sécurité dus à la fatigue et au manque de personnel.
Les capitalistes objecteront bien sûr que de telles revendications ne sont pas réalistes – du moins, s’ils doivent préserver leur indécente richesse. De fait, les besoins vitaux de la classe ouvrière se heurtent à l’incapacité du système capitaliste à les satisfaire. La lutte des travailleurs est nécessaire pour obtenir une part un peu plus grande de la richesse sociale contre une classe dirigeante capitaliste déterminée à maximiser ses profits. Mais cela n’apportera pas la solution. L’objectif doit être une société d’un genre complètement différent, une Amérique ouvrière où les richesses productives auront été arrachées des mains de l’infime minorité que représente l’élite capitaliste et mises à la disposition de l’immense majorité de la population. Pour construire une telle société, il faudra que la classe ouvrière, sous la direction d’un parti révolutionnaire, renverse le pouvoir de la classe capitaliste par une révolution socialiste et instaure un gouvernement ouvrier.
Travail et qualité de vie
Comme les batailles de classe qui ont arraché la semaine de 40 heures, l’érosion continue de cet acquis syndical historique depuis la fin des années 1970 est pour Gordon un livre fermé de sept sceaux. Pourtant, même si l’on accepte sa focalisation sur la première moitié du XXe siècle, quand la semaine de travail est passée de 60 à 40 heures, cet acquis représentait en fait quelque chose de moins qu’un changement qualitatif dans la vie des travailleurs américains. Même si Gordon déplore la montée des inégalités de revenus aux Etats-Unis ces dernières décennies, il ne traite pas et ne reconnaît même pas une inégalité plus fondamentale dans toutes les sociétés capitalistes à toutes les époques : celle entre, d’une part, l’immense majorité de ceux qui doivent accomplir ce que Marx appelait du « travail aliéné » pour obtenir les moyens de subsistance nécessaires à eux-mêmes et à leur famille, et, d’autre part, les quelques privilégiés qui peuvent se consacrer à un travail créatif et gratifiant.
Dans la préface de The Rise and Fall of American Growth, Gordon raconte que son intérêt pour les variations des taux de croissance économique et de la productivité du travail tout au long de l’histoire américaine remonte aux années où il était étudiant en économie au Massachusetts Institute of Technology au milieu des années 1960. Les recherches qu’il a menées pour écrire son livre ont été entreprises pour satisfaire sa curiosité intellectuelle, pas parce qu’il devait gagner sa vie. Mais très peu de gens peuvent s’offrir le luxe de travailler pour satisfaire leur curiosité intellectuelle ou exprimer leurs impulsions créatrices.
Voyons par exemple les employés des Presses universitaires de Princeton, qui ont transformé le manuscrit de Gordon en pages imprimées d’un livre. Certes, ils utilisent des techniques radicalement différentes de celles qu’employaient leurs prédécesseurs dans les années 1920, qui mettaient en page les livres des économistes éminents de l’époque comme Irving Fisher ou Wesley C. Mitchell. Et ils travaillent dans des locaux plus confortables. Pourtant, ils font le même type de travail pour les mêmes raisons personnelles : pour gagner leur vie.
En lisant le livre de Gordon, on pourrait conclure que la semaine de 40 heures et l’année de travail d’un peu plus de 11 mois comme aux Etats-Unis représentent le niveau le plus avancé que puisse atteindre la société pour ce qui est du temps de travail nécessaire fourni par ses membres. Mais dans une économie socialiste planifiée, il serait possible, grâce à une augmentation progressive et en forme de cercle vertueux de la productivité du travail, de réduire de façon radicale le temps de travail total nécessaire pour produire à la fois les moyens de production et les biens de consommation. En l’espace de seulement quelques générations, les gens ne travailleraient plus que, disons, 20 heures par semaine et six mois par an. Tout le monde aurait à la fois le temps disponible et l’accès aux ressources matérielles et culturelles nécessaires pour acquérir les connaissances scientifiques et techniques aujourd’hui réservées à une élite privilégiée. Il y a plus d’un siècle et demi de cela, Marx envisageait ainsi la société communiste de l’avenir :
« Le temps libre – qui est aussi bien temps de loisir que temps destiné à une activité supérieure – a naturellement transformé son possesseur en un sujet différent, et c’est en tant que tel qu’il entre alors dans le procès de production immédiat. Ce dernier est à la fois discipline, si on le considère dans la perspective de l’homme en devenir, et en même temps exercice pratique, science expérimentale, science matériellement créatrice et s’objectivant, dans la perspective de l’homme tel qu’il est au terme de ce devenir, dans le cerveau duquel existe le savoir accumulé de la société.
– Manuscrits de 1857-1858 (« Grundrisse »)
Dans la société communiste de l’avenir, il y aura une augmentation considérable du nombre de personnes capables de développer des innovations techniques, à la mesure des héros du passé célébrés par Gordon, comme Thomas Edison, Karl Benz (l’inventeur de l’automobile) ou Guglielmo Marconi (un des pionniers de la radio).
La Deuxième Guerre mondiale : un exemple de capitalisme d’Etat
Pour des marxistes, la partie la plus intéressante du livre de Gordon est son analyse du « grand bond en avant » de la productivité du travail qui a eu lieu pendant la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945) et qui s’est poursuivi pendant les deux premières décennies de l’après-guerre. Gordon écrit en conclusion : « La Deuxième Guerre mondiale a sauvé l’économie américaine d’une stagnation séculaire, et un scénario hypothétique de croissance économique après 1939 qui n’inclurait pas la guerre serait lamentable dans le meilleur des cas. » C’est le seul moment de l’histoire américaine contemporaine où le développement d’unités de production utilisant de nouvelles techniques plus avancées ne fut pas déterminé par les anticipations de profits des dirigeants des grandes entreprises et des financiers de Wall Street. Pour vaincre ses ennemis capitalistes-impérialistes, le gouvernement américain – le comité exécutif de la classe dirigeante américaine dans son ensemble – décida et finança un programme sans précédent de construction d’usines et d’infrastructures industrielles.
On peut lire dans un ouvrage de référence sur l’histoire économique de la Deuxième Guerre mondiale :
« La période qui va de 1940 à 1944 a connu une expansion de la production industrielle aux Etats-Unis plus importante que pendant n’importe quelle période précédente […]. Entre 1940 et 1944, la production totale de produits manufacturés a augmenté de 300 %, et celle de matières premières d’environ 60 % . On estime que les investissements dans des usines et des infrastructures nouvelles, dont beaucoup d’investissements directs réalisés par le gouvernement, ont accru la capacité productive de l’économie de quelque chose comme 50 % . »
– Alan S. Milward, War, Economy and Society 1939-1945 (1977)
Les usines et autres infrastructures productives financées par le gouvernement furent mises gratuitement à la disposition des capitalistes privés, ce qui leur permit d’accroître fortement leurs profits pendant et après la guerre. Gordon écrit à ce sujet : « Bien que les investissements privés aient stagné dans la période 1930-1945, les investissements en capital financés par le gouvernement ont fait un bond en avant durant ces quinze années. Particulièrement notable fut la création de nouvelles usines payées par le gouvernement mais gérées par des entreprises privées pour produire du matériel et des fournitures militaires. »
Franklin Roosevelt et les autres chefs politiques de l’Etat impérialiste américain (par exemple le ministre de la Guerre Henry L. Stimson et le ministre du Trésor Henry Morgenthau) connaissaient les rouages intimes des grandes entreprises industrielles et des banques. Leur expérience de première main leur avait appris qu’ils ne pouvaient pas compter sur les mécanismes normaux du marché capitaliste pour maximiser la production d’armements en un minimum de temps. On donna donc aux grands industriels comme Henry Ford et Henry Kaiser l’assurance de profits garantis, grâce à la méthode dite du « prix de revient majoré » pour fixer les prix d’achat par l’Etat. On achetait à leurs entreprises les cuirassés, les bombardiers, les tanks, etc., en leur payant un montant correspondant au prix de revient qu’elles déclaraient, plus une marge bénéficiaire supplémentaire. Sur toute la durée de la guerre, les profits après impôts des entreprises industrielles augmentèrent de 120 %.
Bien plus important de par ses effets économiques à long terme fut le financement direct par le gouvernement de la construction d’usines et autres infrastructures industrielles. Gordon souligne que le nombre de machines-outils (l’ingrédient essentiel d’une économie industrielle) doubla entre 1940 et 1945, et que « presque toutes ces nouvelles machines-outils furent financées par le gouvernement et non par des entreprises privées ». La gigantesque chaîne d’assemblage de bombardiers construite par Ford à Willow Run, dans le Michigan, fut financée par 1e gouvernement. Il en fut de même de grands oléoducs, toujours en service aujourd’hui, construits pour relier les champs pétroliers du Texas au nord-est des Etats-Unis. En outre, les principales technologies à la base de la « troisième révolution industrielle » de Gordon, à partir des années 1960, tiraient aussi leur origine des recherches de l’armée américaine pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le prototype des gros ordinateurs, l’ENIAC (Electronic Numerical Integrator and Computer), fut développé par des savants et des ingénieurs de l’université de Pennsylvanie employés par le ministère de la guerre.
Quand l’Etat capitaliste-impérialiste américain maximisait la production, la productivité du travail et l’innovation technologique, c’était pour semer la mort et la destruction chez d’autres peuples. La percée scientifique et technique peut-être la plus importante du XXe siècle, la maîtrise de l’énergie nucléaire, fut utilisée pour incinérer la population civile des villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki.
Gordon contre les « techno-optimistes »
Dans son livre, Gordon désigne comme son adversaire principal un courant intellectuel qu’il a baptisé les « techno-optimistes » – ceux qui prévoient que des techniques nouvelles, comme la robotique et l’intelligence artificielle, amèneront l’économie américaine à l’orée d’une vague de croissance économique. Comme Gordon, ces techno-optimistes (parmi lesquels Joel Mokyr, un de ses collègues à la Northwestern University, ainsi qu’Andrew McAfee et Erik Brynjolfsson au MIT) sont convaincus que c’est avant tout l’innovation technique qui détermine l’évolution de la société. Le désaccord porte sur deux questions très différentes. L’une concerne la sphère de la consommation immédiate, l’autre la sphère de la production dans l’avenir.
Gordon argumente que l’effet des nouvelles technologies de l’information et de la communication sur la qualité de la vie quotidienne a été relativement limité comparé aux innovations et inventions majeures de 1870 à 1970. Celles-ci vont de l’eau courante, de l’éclairage électrique et du chauffage central à l’automobile, aux avions et à la télévision :
« Il y a certes des innovations continuelles depuis 1970, mais elles ont un impact moindre qu’auparavant ; elles sont focalisées sur l’industrie du divertissement et les technologies de l’information et la communication (TIC) ; les avancées dans plusieurs dimensions du niveau de vie liées à l’alimentation, à l’habillement, à l’électroménager, au logement, aux transports, à la santé et aux conditions de travail sont moins rapides qu’avant 1970. »
A un autre niveau, la controverse entre Gordon et les techno-optimistes porte sur la « futurologie » : la plus ou moins grande probabilité que de nouvelles technologies avec un fort potentiel de transformation soient développées et adoptées à une large échelle dans un avenir proche. Des deux côtés, on considère implicitement que le capitalisme est le meilleur système pour encourager l’innovation technique. Des deux côtés, bien sûr, on écarte d’un revers de main la perspective d’une économie collectivisée et planifiée.
Mokyr a publié en 2014 un article intitulé « Le prochain âge des inventions : l’avenir de la technique est plus radieux que ne veulent l’admettre les pessimistes ». Il s’y enthousiasme pour les super-ordinateurs, l’impression 3-D, le génie génétique et autres merveilles. Il ne parle cependant nulle part de salaires, de coûts de production, de marchés ou de profits. Ces catégories fondamentales qui gouvernent la production capitaliste et les investissements dans les nouvelles technologies sont semblablement absentes de son article « Notre avenir économique est-il derrière nous ? » (29 novembre 2016), une brève polémique contre le dernier livre de Gordon. Au cas improbable où Mokyr serait nommé PDG d’Apple ou de General Electric, ces entreprises risqueraient la faillite. S’il suivait ses propres recommandations, Mokyr utiliserait les équipements les plus avancés et par conséquent les plus coûteux, sans se demander si cela augmenterait les coûts de production au-delà de ceux des entreprises concurrentes.
Dans son article de 2014, Mokyr avance un argument économique à l’appui du techno-optimisme : « Une deuxième raison pour laquelle le progrès technique se poursuivra à un rythme soutenu est liée à l’émergence d’un marché mondial concurrentiel, qui encouragera la dissémination des nouvelles technologies à partir de leur lieu d’origine vers de nouveaux utilisateurs qui ne souhaiteront pas rester en arrière. » En fait, l’expansion du commerce international et de l’exportation des capitaux ne constitue guère un encouragement sans ambiguïté au développement technique. A l’époque impérialiste, l’économie internationale se heurte aux mêmes Etats-nations sur lesquels les impérialistes basent leur pouvoir, et qui constituent un obstacle au développement des forces productives de l’humanité. La production en Europe, au Japon et à certains endroits en Asie utilise effectivement des méthodes modernes. Mais le fait qu’il existe un immense réservoir de main-d’œuvre bon marché disponible dans le sous-continent indien, en Extrême-Orient et en Amérique latine a tendance à inhiber les investissements dans des technologies permettant d’économiser la main-d’œuvre, que ce soit dans le tiers-monde ou dans les centres impérialistes.
Quand les entreprises industrielles américaines ou européennes transfèrent leurs activités industrielles dans des pays pauvres, elles ont souvent tendance à utiliser des méthodes de production avec une intensité capitalistique moindre. Prenons l’industrie de l’habillement. La technique existe pour pouvoir produire des vêtements dans des usines hautement automatisées à forte intensité capitalistique, mais les entreprises trouvent qu’il est meilleur marché d’employer des ouvriers dans des néocolonies opprimées comme le Bangladesh; ces ouvriers sont payés quelques cents pour coudre des vêtements dans des conditions de travail plus proches du XIXe que du XXIe siècle.
Dans les pays du « premier monde », les connaissances scientifiques et techniques actuelles ne sont pas non plus utilisées d’une façon rationnelle et bénéfique pour la société, et dans de nombreux cas elles sont délibérément employées de manière néfaste. Prenons la recherche médicale : d’importants moyens sont consacrés au traitement de la calvitie et des troubles de l’érection, tandis qu’on investit des sommes dérisoires dans de nouveaux médicaments et de nouveaux vaccins contre des maladies tropicales potentiellement mortelles.
Rien qu’aux Etats-Unis, environ 23 000 personnes meurent chaque année d’infections dues à des bactéries résistantes aux antibiotiques. Selon une étude financée par le gouvernement britannique, d’ici le milieu du XXIe siècle jusqu’à dix millions de personnes pourraient être tuées chaque année par des bactéries résistantes si l’on ne découvre pas de nouveaux traitements. Mais malgré ce besoin social urgent, la plupart des grandes sociétés pharmaceutiques internationales ont depuis longtemps arrêté le développement de nouveaux antibiotiques en invoquant des retours sur investissement insuffisants.
De même, environ 25 millions d’Américains souffrent de ce qu’on appelle des maladies rares, comme la maladie de Charcot, la mucoviscidose ou la drépanocytose, une maladie qui touche principalement les Noirs. Mais les investissements dans la recherche de traitements pour ce genre de maladies sont notoirement insuffisants, alors même que la recherche sur les maladies rares a souvent ouvert des voies prometteuses pour le traitement de maladies plus répandues. Le Centre pour le journalisme médical de l’université de Californie du Sud explique ainsi les réticences des sociétés pharmaceutiques : « La plupart des gens disent qu’investir dans le traitement des maladies rares – qui touchent des dizaines de milliers de personnes – n’est pas rationnel commercialement. »
Mokyr, McAfee, Brynjolfsson et compagnie, faisant fi des lois qui gouvernent le mode de production capitaliste, anticipent dans un avenir proche un bond qualitatif de la productivité grâce à l’utilisation de « techniques brillantes ». Gordon accepte implicitement les limitations du système capitaliste en niant la possibilité même d’un tel scénario. Concernant la robotique, il écrit : « L’augmentation exponentielle de la vitesse et de la mémoire des ordinateurs va bien plus vite que la capacité des robots à reproduire les mouvements humains. » Il n’avance aucun argument pour expliquer pourquoi ce fossé ne pourrait pas être dans une large mesure comblé par de futures avancées des connaissances scientifiques et techniques. Il n’étudie pas les ressources actuellement consacrées à la recherche en robotique.
La plus grande partie de la recherche scientifique universitaire est directement financée par le gouvernement fédéral, et la plus grande partie des financements fédéraux sont à visée militaire. Le budget américain a consacré 6,5 milliards de dollars en 2016 à la recherche-développement par l’intermédiaire de la National Science Foundation, tandis qu’à lui seul le budget de recherche-développement de l’Armée de l’Air américaine se montait à près de 27 milliards. La recherche en sciences physiques, y compris la robotique, vise comme objectif ultime (même si ce n’est pas à court terme) à construire de meilleurs drones et autres machines destinées à faire exploser des cibles et à tuer des gens pour défendre les intérêts de l’impérialisme capitaliste. Le financement de la recherche en mathématiques vise à mettre au point des algorithmes pour préserver les secrets et les agissements de l’Etat et à déchiffrer les secrets des autres. On estime que la National Security Agency est le plus grand employeur de mathématiciens aux Etats-Unis.
A tous les niveaux, malgré sa soif d’innovation technique, le capitalisme n’est pas l’allié du progrès scientifique mais son ennemi. Qu’il s’agisse des lois sur la propriété intellectuelle, des incitations perverses du marché ou des dizaines de milliards dépensés pour développer des armes plus efficaces, le capitalisme oriente la recherche en fonction des intérêts de la classe dirigeante et de son appareil d’Etat. Si les mêmes ressources étaient consacrées à faire avancer la connaissance humaine, à augmenter le bonheur humain et à donner à l’humanité la maîtrise de son destin, ce qui pourrait être réalisé est presque inimaginable. Il faudra pour cela renverser le système capitaliste-impérialiste par une série de révolutions prolétariennes et jeter ainsi les bases d’une économie socialiste planifiée à l’échelle mondiale. C’est pour diriger le prolétariat dans cette lutte que la Ligue communiste internationale se bat pour reforger la Quatrième Internationale, le parti mondial de la révolution socialiste.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/223/economistes.html
submitted by FinnagainsAwake to RepubliqueOuvriere [link] [comments]

Un été de luttes dans les usines d'Europe de l'Est - Grève chez Fiat, ex-Zavasta, en Serbie (Le Bolchévik) Décembre 2017

https://archive.li/ncqaV
Le Bolchévik nº 222 Décembre 2017
Un été de luttes dans les usines d'Europe de l'Est
Grève chez Fiat, ex-Zavasta, en Serbie
Pour une lutte de classe commune contre les impérialistes d'Europe !
Nous reproduisons ci-après la traduction d’un article de Spartaco (n° 80, septembre 2017), le journal de notre section italienne, la Lega trotskista d’Italia (LTd’I).
Du 27 juin au 18 juillet 2017, plus de 2 000 travailleurs ont fait grève à l’usine Fiat Chrysler Automobiles (FCA) de Kragujevac en Serbie, à 140 km au sud-est de Belgrade. Protestant contre des salaires de misère et des conditions de travail dégradées, ils revendiquaient une augmentation de salaire de 38 000 à 50 000 dinars (environ 416 euros par mois), des horaires d’équipe moins épuisants, le paiement de primes de production et une indemnité de transport. La grève de FCA Kragujevac a été l’une des plus longues dans l’histoire récente de la Fiat.
Les salaires chez FCA sont inférieurs en Serbie à la moyenne nationale, qui est dans ce pays d’environ 350 euros mensuels, soit environ le tiers du pouvoir d’achat du salaire moyen italien. L’an dernier, FCA a licencié quelque 900 travailleurs et imposé à ceux qui restaient des cadences bien pires. Les grévistes exigeaient que soit rendu public l’accord de 2008 par lequel le gouvernement serbe avait vendu à FCA les usines de Kragujevac. Cet accord est protégé par le secret d’Etat, pour dissimuler comment FCA s’est engraissée ces dix dernières années grâce aux subventions de l’Etat et à de multiples réductions d’impôt, tout en exploitant les travailleurs. Le mécontentement des travailleurs serbes est renforcé par le chauvinisme de FCA à leur encontre, comme la pratique de soumettre les ouvriers serbes à des superviseurs italiens, ce qui a provoqué des protestations à répétition au fil des ans.
FCA a rejeté les revendications des travailleurs avec son arrogance habituelle : aucune négociation sans l’arrêt préalable de la grève, et menace de fermeture de l’usine et de délocalisation de la production. Pour sa part, le gouvernement serbe, propriétaire d’un tiers de FCA en Serbie, a accusé les travailleurs d’être « manipulés » et de menacer l’avenir du pays en effrayant les investisseurs potentiels à la recherche d’une main-d’œuvre surexploitée et sans droits.
Les travailleurs ont rejeté les diktats de FCA et du gouvernement, mais les dirigeants de Samostalni Sindikat (le principal syndicat de l’usine), qui soutiennent les plans du gouvernement pour rendre la Serbie attractive comme source de profits pour les bourgeoisies impérialistes européennes, ont liquidé la grève le 19 juillet, contre la volonté des deux tiers des grévistes. Ils ont signé le 25 un nouveau contrat validant une augmentation de salaire de 6,7 % (9,5 % selon le syndicat) et le paiement d’une indemnité de transport. En échange, le syndicat a accepté de renoncer à toute grève dans les trois prochaines années. Cet accord a suscité un mécontentement généralisé dans l’usine, la grève ayant été prématurément liquidée par la bureaucratie syndicale.
La grève des travailleurs de FCA en Serbie avait une importance directe pour les travailleurs italiens, chez Fiat et au-delà : si les syndicats italiens s’étaient joints à leurs frères de classe serbes en lutte, non seulement ils leur auraient apporté une aide déterminante, mais ils se seraient eux-mêmes renforcés face à l’arrogance de la direction de Fiat, qui croit qu’elle peut éternellement imposer ses diktats à une main-d’œuvre terrifiée, soumise à la menace de « délocalisation ». Mais à l’exception de quelques délégués du syndicat USB de FCA Melfi [à l’Est de Naples], qui ont appelé à une grève de deux heures pour soutenir les travailleurs serbes, en général les bureaucrates qui dirigent les syndicats en Italie n’ont pas levé le petit doigt pour mobiliser les travailleurs de FCA au côté de leurs frères de classe serbes. Ils se sont limités à des lettres platoniques de solidarité demandant au gouvernement serbe d’intervenir pour « débloquer la situation » et réprimandant FCA pour « ne pas avoir rempli les obligations légales ». Ils ont ainsi réaffirmé qu’ils sont pour la collaboration de classe, en inculquant aux travailleurs des illusions dans la loi et l’Etat des capitalistes, et la collaboration avec leurs propres exploiteurs pour défendre la compétitivité et les profits de leurs entreprises – même lorsque cela signifie augmenter l’exploitation des travailleurs et renforcer la domination impérialiste de la bourgeoisie italienne sur les ouvriers des pays plus petits et plus faibles.
Déjà en 2010 la FIOM [la fédération syndicale de la métallurgie] avait saboté une lutte déterminante des ouvriers de Fiat. L’entreprise avait fermé l’usine de Termini Imerese (le dernier pôle industriel significatif en Sicile) en dénonçant unilatéralement l’accord d’entreprise. Elle avait créé une « newco » [nouvelle entreprise] à Pomigliano, en ne reprenant que les ouvriers prêts à accepter des termes aggravés. Plus de 40 % des travailleurs de Pomigliano avaient sèchement répondu « non » lors d’un référendum organisé parmi les employés de l’entreprise. Le « non » de Pomigliano avait été accueilli avec enthousiasme par les travailleurs de beaucoup d’usines, suscitant de grands espoirs. Mais les dirigeants de la FIOM, au lieu de mobiliser ses 300 000 adhérents, avaient décidé de ne compter que sur les « voies légales », laissant ainsi les ouvriers à la merci des juges capitalistes. Comme Fiat menaçait de délocaliser la production de certains modèles de voiture de Mirafiori [Turin] à Kragujevac, Liberazione (à l’époque le journal de Rifondazione comunista) s’était prosterné devant le protectionnisme national, poussant de hauts cris chauvins que « Fiat trahit l’Italie ».
Notre perspective est une perspective de classe et internationaliste. La classe ouvrière doit se défendre contre toutes les fermetures d’entreprises, les baisses de salaire et les attaques contre les conditions de travail. Tous les emplois doivent être défendus, que ce soit en Serbie, en Pologne, en Italie ou aux Etats-Unis. L’intérêt du mouvement ouvrier n’est pas de décider qui doit avoir un travail et où, mais de garantir, pour un même travail, un salaire et des conditions de travail égaux pour tous les travailleurs. Le protectionnisme nationaliste divise la classe ouvrière selon des lignes de fracture nationales, rendant ainsi impossible toute lutte défensive dans une industrie qui par nature s’étend au-delà des frontières nationales.
Une lutte contre l’exploitation impérialiste
La Serbie et l’ensemble de la région des Balkans ont récemment connu une montée des conflits de classe. La grève chez FCA a été précédée d’une grève de cinq jours en février chez Magneti Marelli, où les travailleurs ont obligé l’entreprise à satisfaire leurs revendications. A son tour, cette grève en a encouragé d’autres, comme à l’usine d’électroménager Gorenje où 600 ouvriers ont débrayé pour réclamer des augmentations de salaire et des conditions de travail décentes (ils travaillent à des températures de 40 degrés pour fabriquer… des réfrigérateurs !).
En juin , la majorité des 12 000 travailleurs des trois usines Volkswagen de Bratislava, la plus grande entreprise de Slovaquie, se sont mis en grève et ont bloqué la production pendant une semaine, arrachant une hausse de salaire de 14 %. Cette grève des ouvriers de Volkswagen avait été précédée d’une augmentation de salaire de 7,5 % dans les usines slovaques du groupe Kia, et d’une forte augmentation de salaire dans les usines automobiles allemandes de Hongrie.
Avec l’adhésion à l’UE, la Slovaquie est devenue une dépendance de l’impérialisme allemand et de ses géants de l’automobile. Elle est aujourd’hui le plus grand producteur de voitures par habitant dans le monde (1 million de voitures par an pour un peu plus de 5 millions d’habitants). Mais pendant qu’ils construisent des SUV de luxe pour le marché mondial, les travailleurs slovaques de Volkswagen, Kia ou Peugeot touchent des salaires qui représentent 40 % des salaires allemands.
Confrontés à la première grande grève en Slovaquie depuis la contre-révolution « de velours » de 1989, les porte-parole de la finance capitaliste ont commencé à s’inquiéter. Dans un article publié le 21 juin sur le site web Bloomberg.org, on pouvait ainsi lire :
« A beaucoup d’égards, la Slovaquie peut être considérée comme un modèle d’intégration dans l’Union européenne. Mais la grève en cours à l’usine Volkswagen de Bratislava fait comprendre combien l’Europe apparaît désunie vue depuis la frontière orientale de l’UE. Les Européens de l’Est ont souvent l’impression que leurs pays sont devenus des colonies de l’Europe occidentale, et ce sentiment pourrait représenter une menace plus grave pour l’UE que le Brexit. »
Le gouvernement serbe est dirigé par les nationalistes de droite du Parti progressiste serbe (SNS) du président Aleksandar Vucic. Le SNS est l’héritier du Parti radical serbe, un des protagonistes des massacres interethniques des années 1990. Vucic et le SNS veulent que le pays reste un réservoir de main-d’œuvre à bas coût pour les capitalistes d’Europe occidentale. En échange de prêts du Fonds monétaire international et de la perspective d’une adhésion à l’UE, ils mettent en œuvre des mesures d’austérité drastiques, notamment des coupes claires dans les dépenses publiques, la vente ou la fermeture des entreprises publiques et une réduction draconienne du nombre de fonctionnaires. La Première ministre Ana Brnabic a promis de supprimer 11 000 emplois dans le secteur public d’ici 2020, alors que le gouvernement Vucic en a déjà éliminé 80 000 ces quatre dernières années.
Les marxistes luttent pour détruire l’UE par la lutte de classe. L’UE est un bloc réactionnaire dominé par les impérialistes d’Europe, un outil pour piller les pays dépendants de l’Europe du Sud et de l’Est, pour accroître l’exploitation de la classe ouvrière dans toute l’Europe et contrôler les flux de main-d’œuvre immigrée. Nous revendiquons la sortie de l’Italie de l’UE et de l’euro. Nous nous opposons à toute nouvelle extension de l’UE, comme en Serbie, de même que nous nous sommes opposés à l’extension de l’UE aux pays d’Europe de l’Est en 2004 : nous savions que cela aggraverait l’oppression et l’exploitation des travailleurs de ces pays. L’extension de l’UE en Europe de l’Est a permis à la bourgeoisie allemande de réaliser le rêve impérialiste qui avait un temps été confié au Troisième Reich de Hitler : faire de l’Europe de l’Est son hinterland. Elle a également conféré d’énormes avantages à l’impérialisme italien, qui figure aujourd’hui parmi les principaux investisseurs en Europe de l’Est, et qui a une histoire sanglante d’aventures impérialistes dans les Balkans. Notre opposition à l’UE fait partie intégrante de notre perspective marxiste révolutionnaire : le renversement du capitalisme par la classe ouvrière et la construction d’une économie collectivisée et planifiée à l’échelle mondiale, qui permettra un développement qualitatif des forces productives et le dépassement de la division de la société en classes, ce qui constituera le point de départ pour un ordre communiste mondial.
Les fruits amers de la contre-révolution capitaliste
Les usines FCA de Kragujevac se trouvent sur l’ancien site de production Crvena Zastava (drapeau rouge), la fine fleur de l’industrie automobile yougoslave, qui a été pratiquement donné à la famille Agnelli et Cie par le gouvernement serbe en 2008. Elles témoignent de la misère et de l’exploitation qui ont résulté de la contre-révolution capitaliste qui, au début des années 1990, a détruit l’Union soviétique et les Etats ouvriers bureaucratiquement déformés d’Europe de l’Est, ouvrant ainsi la voie à la pénétration économique par les capitalistes occidentaux, qui ont pu mettre la main sur des sites industriels avancés et sur une main-d’œuvre instruite et qualifiée.
En 1999, pendant la campagne de bombardement de l’OTAN contre la Serbie, les usines Zastava furent bombardées et réduites, selon les termes du Chicago Tribune (16 juillet 1999), « à un dépotoir de métaux tordus et de machines noircies, parsemé de flaques de produits chimiques et de cratères béants ». Le même article expliquait :
« L’usine était tellement vitale pour la communauté que ses travailleurs s’étaient constitués en boucliers humains 24 heures sur 24, dormant sur le plancher pour dissuader l’OTAN de détruire leur gagne-pain. Des fax et des e-mails étaient envoyés dans le monde entier pour supplier : “S’il vous plaît, ne bombardez pas notre usine. S’il vous plaît, ne nous prenez pas notre emploi”. »
Mais les bombardiers de l’OTAN ont détruit l’usine de Zastava entre le 9 et le 12 avril 1999, faisant 131 blessés parmi les ouvriers. La Serbie tout entière a été rejetée 50 ans en arrière par les bombardements.
Nous avons à l’époque appelé à la défense militaire de cette petite nation contre l’attaque des impérialistes, qui avaient fait de l’Italie un porte-avions terrestre de l’OTAN (avant cette attaque, nous n’avions pris le côté d’aucune des forces en conflit dans les guerres fratricides qui avaient accompagné la contre-révolution en Yougoslavie). En Italie, le syndicat SLAI Cobas a soutenu la demande de solidarité émanant des ouvriers de Zastava et lancé une campagne de soutien financier. La LCI s’est jointe à cette campagne, et nous avons cherché à lui donner une dimension internationaliste prolétarienne en collectant des dons auprès des militants syndicaux et de gauche, depuis les Etats-Unis jusqu’en Afrique du Sud en passant par le Mexique.
A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le capitalisme fut renversé en Yougoslavie grâce à une révolution sociale interne. Toutefois, la Yougoslavie, comme les autres « démocraties populaires » d’Europe de l’Est, était dès sa naissance un Etat ouvrier déformé sous la domination d’une bureaucratie stalinienne, ce qui a jeté les bases de son effondrement ultérieur. Le régime de Tito accomplit d’immenses progrès dans la construction d’une véritable fédération multinationale. Mais les divisions nationales ne pouvaient pas être surmontées sur la base de la construction du « socialisme » dans un seul pays balkanique relativement arriéré. De fait, la décentralisation économique et le « socialisme de marché » qui faisaient la fierté de Tito amplifièrent énormément les disparités entre les différentes républiques et régions, si bien qu’à la fin des années 1980 le revenu par habitant des Slovènes était dix fois supérieur à celui de la population albanaise du Kosovo. De plus, la Yougoslavie fut un des premiers Etats ouvriers déformés de l’Est à hypothéquer son économie collectivisée auprès des banquiers occidentaux et à saigner l’économie du pays pour payer cette dette.
La destruction de l’Etat ouvrier yougoslave en 1991 a précipité les peuples de Yougoslavie dans un bain de sang fratricide, détruisant les grandes conquêtes de la révolution de 1945 : le renversement des rapports de propriété capitalistes et la fin des conflits nationalistes sanglants qui avaient historiquement déchiré les Balkans. La Ligue communiste internationale s’est battue pour la défense des Etats ouvriers déformés d’Europe de l’Est et de l’Union soviétique contre la restauration du capitalisme, tout en luttant en même temps pour une révolution politique pour instaurer un véritable pouvoir de conseils ouvriers basé sur un programme internationaliste.
A contrario, beaucoup de soi-disant « trotskystes » se sont rangés aux côtés des forces de la contre-révolution capitaliste. Par exemple, Sinistra classe rivoluzione (SCR), un groupe réformiste issu de Rifondazione comunista, a écrit divers articles sur les grèves en Serbie sans jamais mentionner le fait que la situation actuelle dans les Balkans est le produit historique de la contre-révolution capitaliste. La tendance Militant, dont est issue SCR, avait soutenu avec ferveur diverses forces contre-révolutionnaires en Union soviétique et en Europe de l’Est. Elle a ainsi soutenu en Pologne le « syndicat » jaune Solidarność financé par la CIA, les banques et le pape ; et en 1991 ses sympathisants russes de Rabochaya Demokratiya ont physiquement tenu les barricades d’Eltsine à Moscou au côté de la racaille contre-révolutionnaire russe, en prétendant que la victoire d’Eltsine était le « début d’un processus révolutionnaire antibureaucratique » (Rabochaya Demokratiya, juillet-août 1992).
Pour la lutte de classe internationale
Ce qui manque à la classe ouvrière, c’est son propre parti. Un parti basé non sur la collaboration de classe parlementaire avec la bourgeoisie mais sur les méthodes et les principes de la lutte de classe internationale, sur la compréhension que la fin de l’exploitation, de l’oppression nationale, de la misère et de toute oppression ne pourra devenir réalité qu’avec le renversement de l’Etat capitaliste et la construction d’une économie collectivisée et planifiée à l’échelle internationale, sous le pouvoir ouvrier. Un parti de ce type doit faire partie intégrante d’une Internationale régie par le centralisme démocratique et rassemblant l’avant-garde révolutionnaire de tous les pays.
Depuis sa naissance, le mouvement marxiste s’est forgé en étant conscient que la lutte de la classe ouvrière doit être internationale non seulement en idée, mais en pratique. Parmi ses premiers efforts organisés on peut citer les campagnes victorieuses menées parmi les travailleurs du textile d’Allemagne et de Belgique pour qu’ils refusent de servir de jaunes aux capitalistes anglais pendant la grève du textile de Londres et Edimbourg en 1866. Dans ses instructions aux délégués au Premier Congrès de l’Association internationale des travailleurs, qui se tint à Genève en 1866, Marx expliqua :
« Une des principales fonctions de l’Association, fonction remplie déjà avec grand succès dans différentes circonstances, est de contrecarrer les intriques des capitalistes, toujours prêts, dans les cas de grève ou de fermeture d’ateliers (lock-out), à user des ouvriers étrangers comme instrument pour étouffer les justes plaintes des travailleurs indigènes. C’est un des grands buts de l’Association de développer chez les ouvriers des différents pays non seulement le sentiment, mais le fait de leur fraternité et de les unir pour former l’armée de l’émancipation. »
Marx rappelait dans son discours inaugural devant l’Association internationale des travailleurs, en octobre 1864 :
« L’expérience du passé nous a appris comment l’oubli de ces liens fraternels qui doivent exister entre les travailleurs des différents pays et les exciter à se soutenir les uns les autres dans toutes leurs luttes pour l’affranchissement, sera puni par la défaite commune de leurs entreprises divisées. C’est poussés par cette pensée que les travailleurs de différents pays, réunis en un meeting public à Saint-Martin’s Hall le 28 septembre 1864, ont résolu de fonder l’Association Internationale. »
La Lega trotskista d’Italia est un petit groupe de propagande qui se bat pour construire une avant-garde révolutionnaire internationale ; elle cherche à faire prendre conscience aux éléments avancés de la classe ouvrière qu’il faut un parti révolutionnaire basé sur le programme marxiste. Une tâche cruciale de ce parti sera d’inculquer aux ouvriers un sentiment d’opposition inconciliable vis-à-vis des manœuvres impérialistes de leurs gouvernants, et de toutes les manifestations de l’oppression contre les minorités nationales, les femmes, les immigrés, etc. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Reforgez la Quatrième Internationale !
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/222/serbia.html
submitted by FinnagainsAwake to RepubliqueOuvriere [link] [comments]

Démagogie chauvine et poison raciste - Le FN, une menace sinistre pour les travailleurs et les opprimés

https://archive.is/NtgMI
Le Bolchévik nº 219 Mars 2017
Démagogie chauvine et poison raciste
Le FN, une menace sinistre pour les travailleurs et les opprimés
Alors que le monde capitaliste est plongé depuis plus de huit ans dans une crise économique interminable, le populisme d’extrême droite fait des ravages croissants. Donald Trump a pris le pouvoir aux Etats-Unis et aggrave encore la guerre d’Obama contre les immigrés. Plus près d’ici, les réfugiés se noient en Méditerranée ou sont enfermés dans des camps de l’Union européenne (UE), en Grèce et en Italie notamment. Non seulement il y a maintenant une série de régimes d’extrême droite en Europe de l’Est, mais Marine Le Pen apparaît de plus en plus comme ayant des chances pour le poste de présidente de l’impérialisme français. Elle profite directement de la « guerre contre le terrorisme » raciste du gouvernement Hollande, soutenue par l’essentiel de la gauche, pendant que les bureaucrates syndicaux agitent le protectionnisme qui alimente le chauvinisme dans la classe ouvrière.
Depuis que Marine Le Pen a pris la tête du FN en janvier 2011, de nombreux articles de journaux dans la presse bourgeoise et de nombreux ouvrages déclarent que ce parti d’extrême droite se serait « dédiabolisé », normalisé au point d’être devenu un parti bourgeois comme les autres. On a ainsi fait grand cas de l’interview de Marine Le Pen à l’hebdomadaire Le Point le 3 février 2011, où elle avait pris ses distances avec l’horrible formule, maintes fois répétées par son père Jean-Marie, selon laquelle les chambres à gaz où les nazis avaient exterminé des millions de Juifs n’étaient qu’un « point de détail de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale ».
Alors le FN est-il encore fasciste ? Et d’abord qu’est-ce que le fascisme ? C’est le révolutionnaire russe Léon Trotsky qui l’a parfaitement expliqué, ayant lutté de toutes ses forces contre la montée du nazisme et de Hitler en Allemagne dans les années 1930, face à la politique désastreuse de Staline qui conduisit à la victoire de Hitler. Il a aussi suivi à la même époque le développement des fascistes en France, notamment dans sa brochure Où va la France ? (1934) où il écrivait :
« La bourgeoisie a mené sa société à une banqueroute complète. Elle n’est capable d’assurer au peuple ni le pain ni la paix. C’est précisément pourquoi elle ne peut supporter plus longtemps l’ordre démocratique. Elle est contrainte d’écraser les ouvriers à l’aide de la violence physique. Mais on ne peut pas venir à bout du mécontentement des ouvriers et des paysans par la police seule. Faire marcher l’armée contre le peuple, c’est trop souvent impossible : elle commence par se décomposer et cela s’achève par le passage d’une grande partie des soldats du côté du peuple. C’est pourquoi le grand capital est contraint de créer des bandes armées particulières, spécialement dressées contre les ouvriers, comme certaines races de chiens sont dressées contre le gibier. La signification historique du fascisme est d’écraser la classe ouvrière, de détruire ses organisations, d’étouffer la liberté politique à l’heure où les capitalistes s’avèrent déjà incapables de diriger et de dominer à l’aide de la mécanique démocratique. « Son matériel humain, le fascisme le trouve surtout au sein de la petite bourgeoisie. Celle-ci est finalement ruinée par le grand capital. Avec la structure sociale actuelle, il n’y a pas de salut pour elle. Mais elle ne connaît pas d’autre issue. Son mécontentement, sa révolte, son désespoir, les fascistes les détournent du grand capital et les dirigent contre les ouvriers. On peut dire du fascisme que c’est une opération de luxation des cerveaux de la petite bourgeoisie dans les intérêts de ses pires ennemis. Ainsi, le grand capital ruine d’abord les classes moyennes, ensuite, à l’aide de ses agents mercenaires, les démagogues fascistes, il dirige contre le prolétariat la petite bourgeoisie tombée dans le désespoir. Ce n’est que par de tels procédés de brigand que le régime bourgeois est encore capable de se maintenir. Jusqu’à quand ? Jusqu’à ce qu’il soit renversé par la révolution prolétarienne. »
Ce qui distingue le fascisme des autres mouvements réactionnaires, ce n’est donc pas en soi leur degré de xénophobie, d’anticommunisme, de sexisme, de racisme antijuif ou anti-musulmans ou de haine de la classe ouvrière. La physionomie politique spécifique du fascisme (en même temps que son rôle historique au service de la bourgeoisie) est déterminée avant tout par son mode d’action : la mobilisation extraparlementaire de masse de petits bourgeois enragés par la crise économique (drainant aussi des ouvriers arriérés), organisés en bandes armées pour le pogrom raciste et pour casser les reins au mouvement ouvrier et le détruire, et au bout du compte sauver le capital financier.
Dans les années 1920 et 1930, la France a connu des mouvements fascistes de masse. Il est important d’insister là-dessus, parce qu’à partir des années 1950 tout un courant d’historiens, à la suite du politologue catholique René Rémond, a construit une légende que dans ce pays le fascisme n’aurait jamais existé. Il s’agissait alors pour ces idéologues de la bourgeoisie française de faire oublier la prétendue « parenthèse » du régime de Vichy, dans le contexte de la guerre froide où il fallait faire croire que la douce France démocratique éternelle était menacée par un seul danger, le communisme bolchévique (voir notre article en deux parties « Aux origines du fascisme français », le Bolchévik n° 217 et 218).
Même quand la bourgeoisie n’est pas prête à porter les fascistes au pouvoir, elle peut les utiliser comme force d’appoint pour mater la classe ouvrière. C’est une situation de ce genre que décrivait Trotsky en juillet 1934 : « C’est pourquoi, tout en soutenant activement et en finançant les bandits réactionnaires en tant qu’un de ses détachements, la bourgeoisie française essaie de ne pas pousser les choses jusqu’à la victoire politique du fascisme, mais plutôt jusqu’à l’établissement d’un “pouvoir fort” qui, en dernière analyse, devra discipliner les deux camps extrêmes » (« Bonapartisme et Fascisme »).
En tout cas, l’existence même d’un mouvement fasciste représente pour le prolétariat une menace mortelle. Pour écraser cette vermine, il faut des mobilisations de front unique basées sur la puissance sociale des syndicats qui rassemblent derrière eux toutes les victimes désignées des fascistes. C’est pourquoi le fait de caractériser une formation politique comme fasciste a pour les marxistes des conséquences programmatiques, y compris pour un petit groupe de propagande de combat comme le nôtre. Cela implique de mettre en avant dans notre propagande la nécessité de telles actions de front unique, et également de chercher à en organiser, de manière exemplaire, à chaque fois que nous en avons la possibilité et les forces, ce que nous avons fait dans le passé.
Le fascisme est inhérent au système capitaliste à l’ère impérialiste. Pour l’éradiquer une bonne fois pour toutes, il faudra liquider le capitalisme à l’échelle mondiale par une série de révolutions ouvrières, ce qui permettra de collectiviser les moyens de production et de réorganiser de fond en comble l’économie au moyen d’une planification socialiste internationale. Nous luttons pour construire le parti ouvrier révolutionnaire qui pourra diriger les ouvriers jusqu’à cette victoire.
Le FN aujourd’hui : un parti fascisant
Le FN, même s’il était indubitablement fasciste au moment de sa création en 1972, n’est plus aujourd’hui un parti fasciste en tant que tel ; il serait plus précis de le qualifier de fascisant. C’est une manière de décrire une réalité contradictoire. D’un côté, aujourd’hui, l’essentiel de l’activité du FN n’est pas dans la rue à la tête de petits bourgeois enragés pour aller traquer des militants de gauche et des syndicalistes et organiser des pogroms contre les immigrés ou leurs enfants. Dans le climat postsoviétique, le fait que la bourgeoisie ne se sent pas menacée par une insurrection de la classe ouvrière se traduit par le fait que le FN, comme la plupart des organisations fascistes en Europe, s’est de plus en plus focalisé sur les activités électorales. Si Hitler a lui aussi utilisé les élections pour arriver au pouvoir, s’il a aussi affirmé à l’occasion qu’il respecterait le processus démocratique bourgeois, sa véritable force c’était les SA (sections d’assaut), les « chemises brunes » !
D’un autre côté, le FN n’est pas juste un parti bourgeois parlementaire qui serait un peu plus raciste, populiste et réactionnaire que les autres. Le noyau militant historique du FN était indiscutablement et authentiquement fasciste. Par ailleurs, tout ou partie du réseau de militants, d’élus et de cadres que ce parti est en train de construire à la faveur de ses succès électoraux pourrait très bien fournir l’ossature d’une organisation véritablement fasciste et de ses sections d’assaut au cas où la bourgeoisie française se trouverait à nouveau confrontée à une montée explosive de la lutte des classes.
Le FN pourrait résoudre ses contradictions en se muant en parti vraiment fasciste, ou inversement en se transformant en parti bourgeois de droite plus ou moins ordinaire. Ou encore le FN pourrait éclater en engendrant une organisation fasciste et un parti bourgeois réactionnaire, comme cela a été le cas en Italie pour le MSI (Movimento sociale italiano) dont le gros s’est transformé en un parti électoral qui a fusionné avec le mouvement du politicien bourgeois et magnat de l’audiovisuel Berlusconi.
Notre attitude à l’égard d’un parti fascisant doit refléter ce caractère contradictoire. Quoi faire dépend des circonstances concrètes. Quand des militants d’un tel parti essayent de commettre des provocations physiques contre par exemple des immigrés ou des réfugiés, ou des piquets de grève, nous sommes pour la mobilisation des travailleurs et opprimés pour les arrêter. Mais nous reconnaissons une différence entre ce genre de provocation et de simples discours d’un porte-parole ou d’un idéologue réactionnaire, y compris s’il est membre d’un parti fascisant. Quand des représentants d’un parti fascisant tiennent meeting pour vomir leurs idées réactionnaires, nous préconisons la protestation par voie de manifestation ou rassemblement afin de les dénoncer et mettre à nu ce poison raciste.
Par ailleurs nous soutenons la pratique de certains syndicats d’exclure de leurs rangs les militants FN qui se présentent ouvertement comme des porte-parole de cette organisation raciste profondément antisyndicale, comme l’a fait la CGT en 2011 avec Fabien Engelmann, aujourd’hui maire FN de Hayange.
En tout cas, le potentiel pour un « passage à l’acte » fasciste du FN est bel et bien là. Le FN et ses chefs entretiennent toute une série de liens personnels et financiers avec d’ex-« rats noirs » du GUD (« Groupe union défense »), un groupuscule fasciste qui faisait le coup de poing, avec des barres de fer, contre les militants de gauche sur les facs dans les années 1970 et 1980, comme Frédéric Chatillon ou Axel Loustau, amis personnels de Marine Le Pen et ayant toujours aujourd’hui des accointances avec le GUD.
Un des principaux dirigeants du Bloc identitaire, Philippe Vardon, est maintenant « un élément-clé de la direction de campagne de Marine Le Pen en vue de l’élection présidentielle » (le Monde, 2 janvier). Vardon a été condamné en octobre 2016 à six mois de prison ferme pour sa participation à une agression raciste contre trois jeunes d’origine maghrébine à Fréjus en 2014.
Le Figaro a publié le 24 février 2015 un article intitulé « Départementales : le FN désigne de nouveau Coutela, malgré son “apologie de Breivik” ». Breivik est le terroriste fasciste qui a assassiné 69 jeunes militants sociaux-démocrates norvégiens en juillet 2011. D’après le Figaro, « Jacques Coutela fait son retour au Front national après quatre années de diète en raison de ses prises de position. Il a été désigné candidat aux départementales de mars par les instances frontistes ». Juste après le massacre d’Oslo, Coutela « avait écrit sur son blog, baptisé “la valise ou le cercueil”, un texte qui présentait Anders Behring Breivik comme “résistant”, “icône”, “premier défenseur de l’Occident”, ou encore comme “Charles Martel 2” ».
Ordre nouveau, Occident et le FN
Aux origines du FN se trouve la grève générale de Mai 68 : elle raviva la peur de la révolution dans la bourgeoisie, alors que la révolution vietnamienne prenait le dessus contre l’impérialisme américain et que les troupes soviétiques étaient à quelques centaines de kilomètres de Strasbourg. La colère ouvrière fut finalement canalisée par le PS et le PCF dans un nouveau « front populaire », une alliance de collaboration de classes derrière François Mitterrand (lui-même fasciste dans les années 1930) avec le PCF et les bourgeois du Parti radical de gauche. Mais, pour parer à toute éventualité, il y eut tout naturellement dans cette période un renouveau de l’activisme fasciste.
Le groupe fasciste Occident, fondé par Pierre Sidos, fut dissous en novembre 1968 mais un de ses dirigeants, Alain Robert, fut à l’initiative de la fondation d’Ordre nouveau (ON) en novembre 1969 au côté de François Duprat, ancien membre de l’OAS (Organisation armée secrète, une bande de terroristes fascistes qui voulaient maintenir l’Algérie française). L’essentiel de l’activité d’ON se faisait dans la rue, avec des batailles rangées contre les militants d’extrême gauche, notamment de la Ligue communiste d’Alain Krivine (ancêtre du NPA). Les affrontements atteignirent leur point culminant le 21 juin 1973 devant la Mutualité à Paris où ON voulait tenir un meeting intitulé « Halte à l’immigration sauvage ! » Suite à cette manifestation, ON ainsi que la Ligue communiste furent dissous le 28 juin 1973.
Le FN fut créé par ON le 5 octobre 1972. A l’époque, les dirigeants d’ON concevaient le FN comme une étape électoraliste sur le chemin de leur « révolution nationaliste et populaire ». Le FN était vu par ses différentes composantes comme un moyen de réunir les « nationalistes » et les « nationaux ». Les « nationalistes » étaient les fascistes purs et durs d’ON, et les « nationaux » des gens comme Jean-Marie Le Pen – des fascistes « légalistes ».
Jean-Marie Le Pen est connu pour avoir fait ses armes en Algérie comme tortionnaire. Son côté « légaliste », c’est qu’il s’est tourné très tôt vers les élections. Il a été député de la 3e circonscription de la Seine entre 1956 et 1962, où il avait été élu pour la première fois sur la liste du mouvement de Pierre Poujade, un mouvement populiste de droite et raciste issu d’une révolte fiscale. Poujade avait été dans sa jeunesse membre du Parti populaire français (PPF) fasciste de Jacques Doriot. A la fin des années 1950 et au début des années 1960, Le Pen fonde plusieurs comités en défense de l’« Algérie française » puis le comité pour la candidature à la présidentielle de 1965 de Jean-Louis Tixier-Vignancour, l’avocat de l’écrivain antijuif Céline et du général putschiste en Algérie Raoul Salan.
Dans le FN des débuts, entre sa fondation en octobre 1972 et juin 1973, il y a une tension constante entre les fascistes de la nouvelle génération, comme les étudiants Alain Robert ou Pascal Gauchon qui se sont habitués aux batailles de rue contre la Ligue communiste, et ceux de la vieille garde incarnée par l’ancien milicien Brigneau ou les anciens d’Indochine et d’Algérie comme Holeindre ou Le Pen, qui veulent s’orienter davantage vers les élections. C’est suite à la dissolution d’ON en juin 1973 que Le Pen voit l’opportunité de prendre le contrôle du FN. Il profite de l’interdiction d’ON pour renforcer ses positions au sein de l’appareil en nommant au poste de secrétaire administratif Victor Barthélémy, ancien secrétaire du PPF de Doriot en zone sud pendant l’Occupation, et en remplaçant Alain Robert par Dominique Chaboche, ancien d’Occident et de la campagne pour Tixier-Vignancour.
Après une importante scission en 1973, Jean-Marie Le Pen s’efforce, avec l’aide de Duprat, de reconstituer la base militante du FN en ralliant diverses formations fascistes comme les Groupes nationalistes révolutionnaires (GNR), dont Duprat lui-même est un responsable, la Fédération d’action nationaliste européenne (FANE) dirigée par Mark Fredriksen ainsi que d’autres groupuscules. Les GNR apportent 300 membres environ et la FANE environ 500. Les GNR sont supplantés peu à peu à partir de fin 1977, puis surtout après l’assassinat de Duprat en mars 1978, par les « solidaristes » de Jean-Pierre Stirbois (qui sont à peu près du même acabit), et la rupture du FN avec les GNR et la FANE est à peu près définitive début 1981. Les catholiques intégristes de Bernard Antony accompagnent aussi les stirboisiens dans le FN.
Donc lors de sa fondation le FN est indéniablement un groupe fasciste. Nous les caractérisions de fascistes « légalistes » qui « servent dès maintenant de couverture et de réservoir pour les groupes fascistes paramilitaires » (le Bolchévik n° 20, novembre-décembre 1980). Mais si le FN avait été conçu pour devenir un véhicule électoral, ses débuts sont sous cet aspect plus que laborieux. En 1974, Jean-Marie Le Pen se présente aux présidentielles et récolte un score dérisoire (0,75 % des voix) ; aux présidentielles suivantes, en 1981, il ne peut pas réunir un nombre suffisant de « parrainages » d’élus pour se présenter.
Le front populaire de Mitterrand a gonflé les voiles des fascistes
A partir de l’arrivée au pouvoir de Mitterrand en 1981 et jusqu’à aujourd’hui, on a assisté, au fil des « alternances » entre la gauche et la droite parlementaire, à une progression des scores électoraux du FN. En 1984, trois ans après l’élection de Mitterrand, le FN réalise sa première percée électorale majeure en remportant 11,2 % des voix aux élections européennes. Deux ans plus tard, à la faveur de l’adoption d’un mode de scrutin proportionnel, il envoie 35 députés à l’Assemblée nationale. Depuis, son score aux élections augmente régulièrement.
La gauche réformiste et chauvine au pouvoir, et plus largement les représentants de la démocratie capitaliste, ont une responsabilité centrale dans cette montée du FN : en reprenant ses thèmes de campagne anticommunistes et racistes, ils ont légitimé le FN qui pouvait capitaliser sur le thème « préférez l’original à la copie ». Mitterrand a été le fer de lance de la deuxième guerre froide antisoviétique en Europe et les gouvernements de front populaire ont mis en œuvre des campagnes racistes à l’encontre des travailleurs immigrés originaires du Maghreb et d’Afrique noire et leurs enfants.
En effet, un an après son élection, le gouvernement Mitterrand se trouva confronté à de grandes grèves dans les usines automobiles, centrées sur les ouvriers immigrés qui pensaient – à tort – que ce gouvernement leur donnerait plus facilement raison. Ces grèves allaient se succéder pendant plus de deux ans, culminant avec la grève de l’usine Talbot (aujourd’hui PSA) de Poissy, où une part importante des ouvriers étaient marocains. Pour essayer de casser cette agitation, les gouvernements de Mitterrand n’hésitèrent pas à répandre le poison du racisme pour diviser et affaiblir les ouvriers.
Gaston Defferre, le ministre « socialiste » de l’Intérieur, dénonçait ainsi « des grèves saintes d’intégristes, de musulmans, de chiites » (les ayatollahs chiites iraniens avaient pris le pouvoir quatre ans auparavant). Quant au Premier ministre Pierre Mauroy, il laissait carrément entendre que les grévistes immigrés étaient manipulés par des islamistes à la solde de ces mêmes ayatollahs iraniens en expliquant que les grévistes étaient « agités par des groupes religieux et politiques qui se déterminent en fonction de critères ayant peu à voir avec les réalités sociales françaises » !
Il faut insister sur la contribution du PCF, avec mention spéciale pour le bulldozer envoyé en décembre 1980 par le maire de Vitry-sur-Seine en banlieue parisienne pour détruire un foyer de travailleurs maliens. Cette infamie avait été un gage donné par les dirigeants PCF : ils étaient prêts à faire le « sale boulot » pour aider Mitterrand à gérer loyalement les intérêts du capitalisme, et ils en furent récompensés par quelques ministères après l’élection de Mitterrand en 1981. Le FN utilise régulièrement dans sa propagande des citations du dirigeant du PCF d’alors, Georges Marchais, pour « produire français » et disant qu’« il faut stopper l’immigration officielle et clandestine ».
Ces campagnes racistes de Mitterrand et du PCF ont de plus en plus légitimé le racisme encore plus infect et meurtrier du FN. Et cela a continué : Chirac et sa diatribe contre « le bruit, et l’odeur » des familles immigrées en 1991, Giscard à la même époque et son « invasion » d’immigrés ; puis les expulsions d’immigrés par charter d’Edith Cresson, Premier ministre de Mitterrand en 1991-1992 ; Rocard, lui aussi Premier ministre de Mitterrand, et son « nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde ». Et Mitterrand lui-même déclarant qu’un « seuil de tolérance a été franchi dans les années 1970 » en matière d’immigration. On peut continuer avec le gouvernement sécuritaire de Jospin-Mélenchon en 2001 ou celui de « guerre contre le terrorisme » de Valls-Hamon en 2014.
Les années 1980 et 1990 : essor électoral du FN et terreur raciste
Une chose frappante dans les livres récents sur le FN d’Alexandre Dézé, Valérie Igounet ou David Doucet, c’est qu’ils sont essentiellement centrés sur les résultats électoraux. Ceci reflète bien sûr une réalité importante. Mais pour trouver des exemples de violentes attaques physiques perpétrées par des membres ou sympathisants du FN, mieux vaut piocher dans notre journal. Pour ce qui est des années 1980, quand on lit les Bolchévik de l’époque, on comprend que la chasse était ouverte contre les immigrés et leurs enfants.
Comme nous l’expliquons dans le Bolchévik n° 200 (juin 2012), depuis des années « l’immense majorité des crimes racistes dans ce pays sont commis par des flics dans l’exercice de leurs fonctions ». C’était déjà vrai dans les années 1970 et les années 1980. En fait, c’était la continuation de la bataille d’Alger et d’Octobre 1961 dans les rues des banlieues et des grandes villes de France. Maurice Rajsfus, écrivain juif antisioniste, rapportait en 2008 : « Entre 1977 et 2001, il y a eu environ 196 morts par les faits de policiers, recensés par la presse ; en majorité il s’agissait de mineurs, d’origine maghrébine, des garçons, tués d’une balle dans le dos. » Cela fait à peu près 8 assassinats par an ou 2 par trimestre, et ces chiffres officiels sont plus ou moins constants jusqu’à aujourd’hui.
Mais il y avait aussi des meurtres d’immigrés et de militants de gauche perpétrés par des membres du FN et de sa périphérie, par exemple l’assassinat par des colleurs d’affiche du Front national le 7 mars 1986, en pleine campagne électorale, de Philippe Brocard, militant du Parti socialiste et de la CFDT à Croissy, dans les Yvelines. Un de ses camarades, témoin de la scène, raconte que les nervis fascistes leur avaient lancé « Elles vous plaisent pas nos affiches ? », et qu’ensuite « il y en a un qui m’a menacé avec un couteau. Philippe est intervenu en donnant un coup de pinceau. L’autre s’est retourné et lui a donné plusieurs coups de couteau. Il s’est acharné sur lui. Pendant qu’il était à terre, les autres lui ont même mis des coups de pied. Ils étaient neuf, nous étions trois. »
Plus près de nous, il y a eu l’assassinat du jeune Marocain Brahim Bouarram le 1er mai 1995 (un « incident » selon Jean-Marie Le Pen), lors de la manifestation « Jeanne d’Arc » organisée chaque année par le FN. Brahim Bouarram avait alors été agressé puis poussé dans la Seine par des individus qui participaient à cette manifestation réactionnaire. Dans le Bolchévik n° 132 (mars-avril 1995), nous écrivions : « Dans la nuit du 21 au 22 février, dans les quartiers nord de Marseille, Ibrahim Ali, un jeune d’origine comorienne de dix-sept ans, a été tué alors qu’il s’apprêtait avec ses copains à attraper le dernier bus pour rentrer chez lui. Trois gangsters “colleurs d’affiches” du FN lui ont tiré une balle de 22 long rifle dans le dos. Leurs affiches haineuses, sur lesquelles le chef du FN, ricanant comme une hyène, promet “Avec Le Pen, trois millions d’immigrés rapatriés”, sont à peine séchées qu’ils sont passés à l’acte en tirant des coups de feu sur de jeunes Noirs qui avaient le malheur de passer par là. » Nous ajoutions : « Le Pen et son acolyte Mégret, dénonçant le fait que “Marseille est la première ville comorienne”, revendiquent bien haut l’assassinat d’Ibrahim Ali en invoquant une soi-disant “légitime défense” – un appel à d’autres meurtres racistes. »
Contre-révolution capitaliste et régression du niveau de conscience
La victoire de la contre-révolution capitaliste en Europe de l’Est et en URSS au début des années 1990 a eu dans les pays capitalistes des conséquences profondes, notamment ici en France. Cette défaite historique catastrophique pour les travailleurs du monde entier a enhardi la bourgeoisie, qui depuis lors n’a de cesse d’augmenter ses profits en cherchant à accroître toujours davantage le taux d’exploitation de la classe ouvrière et en serrant toujours plus fort la vis de l’austérité. Ce faisant, les maîtres du capital et les gouvernements à leur service précipitent dans la misère et la dégradation sociale de larges couches de la petite bourgeoisie.
La campagne idéologique sur la « mort du communisme » et le triomphalisme bourgeois qui ont accompagné cette défaite historique ont eu un certain succès et se sont traduits par une régression de conscience de la classe ouvrière et par une progression générale des idéologies réactionnaires en tous genres. Le vote relativement élevé en faveur du FN parmi les jeunes générations ouvrières (elles-mêmes surtout marquées par l’abstentionnisme) reflète parallèlement la faiblesse extrême de la syndicalisation de jeunes travailleurs frappés par la précarité.
Au-delà du cas du FN en France, ce climat réactionnaire a alimenté l’inquiétante progression électorale de forces populistes nationalistes et xénophobes qui s’est produite ces dernières années dans beaucoup d’autres pays d’Europe ainsi qu’aux Etats-Unis. Mais d’un autre côté le faible niveau de la lutte de classe ouvrière (malgré la lutte contre la loi El Khomri), et cette baisse même du niveau de conscience, rend moins palpable le spectre d’une révolution, et donc le besoin pour la bourgeoisie d’avoir recours aux méthodes extrêmes du fascisme pour l’écraser.
Racisme anti-Juifs et anti-musulmans
Avec Marine Le Pen, la ligne officielle historique antijuive du FN est passée à l’arrière-plan et le bouc émissaire est plus que jamais l’« immigré », le « musulman » ou le « terroriste », tandis que les Juifs sont appelés à rejoindre le combat contre cet ennemi commun « arabe ». Par exemple Marine Le Pen déclarait en juin 2014 : « Je ne cesse de le répéter aux Français juifs, qui sont de plus en plus nombreux à se tourner vers nous : non seulement, le Front national n’est pas votre ennemi, mais il est sans doute dans l’avenir le meilleur bouclier pour vous protéger, il se trouve à vos côtés pour la défense de nos libertés de pensée ou de culte face au seul vrai ennemi, le fondamentalisme islamiste. »
« Dédiabolisation » ou pas, et même si la génération montante de dirigeants du FN compte quelques Juifs, la haine antijuive est toujours ancrée dans et autour de ce parti. Lors de la manifestation du 13 janvier 2013 contre le mariage gay, Marion Maréchal-Le Pen et Alain Jamet, vice-président du FN, défilaient côte à côte avec Nick Griffin, président du BNP (une organisation fasciste britannique). Négationniste notoire, Griffin affirme que l’Holocauste est un « bobard ». De très nombreuses déclarations contre les Juifs sont régulièrement faites ou postées sur les réseaux sociaux par des élus ou responsables du FN (parfois proches de la garde rapprochée de Marine Le Pen) sans que cela provoque la moindre réaction.
Dans la même logique de mobilisation générale contre l’« ennemi principal » immigré et musulman, le FN de Marine Le Pen se présente désormais comme le champion de la « laïcité », un mot de code pour les préjugés et les mesures discriminatoires racistes contre les musulmans, à commencer par l’interdiction du foulard islamique à l’école. A partir de 2010, le FN a commencé à se présenter comme le meilleur défenseur de la « laïcité » contre l’« islamisation ». Toutes les campagnes menées pour l’exclusion des femmes voilées, que ce soit dans les collèges et lycées, dans les universités ou les services publics, campagnes qui sont le plus souvent à l’initiative des PS, LO, etc., ont ouvert un boulevard au FN.
La nièce et la fille : maréchalistes et nationaux-socialistes
Après la querelle entre le père et la fille, le FN est maintenant tiraillé par les tensions entre deux tendances menées d’un côté par Marine Le Pen et son vice-président Florian Philippot, de l’autre par sa nièce Marion Maréchal-Le Pen. On peut les rattacher à deux courants historiques du fascisme français : les « marinistes » représentent une tendance populiste qu’on peut qualifier de « nationale-socialiste », tandis que les « maréchalistes » incarnent plutôt une tradition cléricale-réactionnaire pétainiste et catholique.
Ces différences s’expriment assez nettement sur des questions comme le mariage gay. D’un côté la nièce, avec ses amis du GUD, a été au premier rang des mobilisations contre cette loi orchestrées par les réactionnaires catholiques de la « manif pour tous ». Et de l’autre la tante a refusé de participer à ces manifestations anti-homosexuelles ; elle déclare que les Français homosexuels sont pour elle « d’abord français ». Sylvain Crépon fait remarquer dans le livre les Faux-semblants du Front national qu’un certain nombre d’homosexuels « acquis aux idées frontistes depuis longtemps […] hésitaient à rejoindre le parti tant que Jean-Marie Le Pen, perçu comme foncièrement homophobe, le présidait » mais que « les paroles de sa fille dénonçant une homophobie qui sévirait dans certaines banlieues ont contribué à briser leurs réticences ».
Dans la mesure où le FN adopte une posture moins homophobe, toute relative, c’est pour alourdir encore la barque des musulmans, présentés comme la source de l’homophobie en France – un pays où de nombreuses discriminations légales contre l’homosexualité n’ont été abrogées que dans les années 1980 et où la PMA demeure interdite aux homosexuels.
On a pu aussi constater récemment des divergences entre les deux Le Pen sur la loi El Khomri, notamment. La direction « mariniste » du FN a fait retirer une série d’amendements déposés à l’Assemblée et au Sénat par Marion Maréchal-Le Pen et plusieurs autres élus frontistes (dont l’avocat Gilbert Collard et le maire de Fréjus David Rachline) qui durcissaient le projet du gouvernement dans un sens encore plus antisyndical (relèvement des « seuils sociaux », limitation du « monopole syndical », etc.). Marine Le Pen est pour les ouvriers (français) comme Hitler était « socialiste » (« nazi » est une abréviation de « national-socialiste ») : c’est de la démagogie que les ouvriers paieront de leur sang si elle venait au pouvoir.
Ces divergences idéologiques entre « cléricaux-réactionnaires » économiquement « libéraux » et « nationaux-socialistes » protectionnistes recoupent aussi des clientèles électorales assez différentes. Elue de la région PACA, la nièce y a hérité de l’électorat traditionnel de l’extrême droite depuis le mouvement poujadiste des années 1950, composé en grande partie d’artisans, d’agriculteurs, de petits commerçants, de petits patrons et de « pieds-noirs ». Le fief électoral de la fille, lui, se situe dans des régions dévastées par la désindustrialisation, le chômage et la misère, où ses électeurs sont pour une grande partie des « petites gens » paupérisés ou qui craignent de l’être – y compris des employés, ouvriers ou chômeurs d’origine ouvrière – et qui votaient auparavant pour les partis de droite traditionnels ou, pour certains, PS ou PCF.
Opposition protectionniste et chauvine du FN à l’UE
Tant que l’Union soviétique existait, le FN était pour la « construction européenne » pour cimenter économiquement l’alliance militaire antisoviétique de l’OTAN. Mais depuis la contre-révolution et la restauration du capitalisme en Union soviétique et dans les pays de l’Est, le FN est devenu un opposant de l’UE, sur la base d’un chauvinisme français exacerbé. En fait l’UE est un bloc impérialiste instable, dominé par l’Allemagne (et secondairement la France) pour mieux saigner les pays les plus dépendants de l’UE et toutes les classes ouvrières de l’UE (y compris l’allemande) pour le compte des banquiers et autres capitalistes de Francfort, Paris, etc. Les marxistes sont catégoriquement opposés à l’UE, sur la base de l’internationalisme prolétarien révolutionnaire. A bas l’Union européenne ! A bas l’euro et la Banque centrale européenne !
Pourtant, en France comme ailleurs dans l’UE, la majorité des organisations réformistes (qu’il s’agisse du PS, du PCF, du NPA, de LO) et des bureaucrates syndicaux continuent de soutenir l’UE en colportant le mythe que cette alliance anti-ouvrière, cette forteresse anti-immigrés, pourrait d’une manière ou d’une autre être transformée en « Europe sociale » et paradis de la « libre circulation des personnes ».
Ils laissent ainsi le monopole de l’opposition à l’UE aux forces réactionnaires qui font de la démagogie chauvine anti-UE en prétendant s’opposer aux ravages de l’austérité dictée par « Bruxelles » et en déclarant sans sourciller que l’UE imposerait une « invasion » d’immigrés à la peau foncée, alors qu’en réalité elle leur multiplie les barrières. L’opposition à l’UE est même devenue un thème central du populisme du FN. Les LO et compagnie, en refusant de s’opposer à l’UE, renforcent l’influence du FN parmi ceux qui s’y opposent et ils légitiment ainsi, qu’ils le veuillent ou non, le venin raciste de ces réactionnaires.
Marine Le Pen se positionne aujourd’hui avec de grandes chances d’être en tête à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle. C’est une sinistre menace pour le mouvement ouvrier organisé, pour les immigrés, pour les Français soupçonnés d’être musulmans, mais aussi pour les femmes, les Juifs et les homosexuels ; elle encourage les exactions des fascistes à la périphérie du FN. Elle reflète le pourrissement nauséabond de l’impérialisme capitaliste français et le résultat désastreux des désillusions subies par les masses après tant de trahisons des bureaucrates syndicaux, du Parti socialiste et du PCF, notamment sous les gouvernements Mitterrand, Jospin et Hollande.
Aussi nous mettons en garde contre l’inévitable campagne des réformistes pour « battre le FN dans les urnes » en votant pour ceux qui… ont pavé la voie à la montée en force du FN et de la réaction avec la complicité des autres organisations de gauche et leurs campagnes pour l’Union européenne « sociale » et la « laïcité » anti-femmes musulmanes. La lutte contre le fascisme et contre le FN exige une lutte sans merci pour dresser la base du mouvement ouvrier contre ses directions réformistes chauvines et la gagner à la perspective tracée par la Révolution bolchévique d’octobre 1917. C’est lutter pour reforger la Quatrième Internationale de Léon Trotsky.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/219/fn.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

Pour un Kurdistan indépendant unifié ! Le contre-coup d’Etat d’Erdogan en Turquie - L’armée turque se jette dans la mêlée en Syrie

https://archive.is/xPNXU
Moins d’un mois après être sorti victorieux de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet dernier, le président-autocrate turc Recep Tayyip Erdogan a ordonné à son armée de pénétrer en Syrie. Le 24 août, après deux jours de préparation d’artillerie, un petit détachement de soldats et de chars turcs a franchi la frontière syrienne en direction de la ville frontalière de Jarabulus, venant soutenir l’« Armée syrienne libre » soutenue par la Turquie. Jarabulus était tenue par l’Etat islamique (EI), qui l’a évacuée face à l’offensive conduite par la Turquie.
La cible officielle de l’opération Bouclier de l’Euphrate est l’EI, et les Etats-Unis ont mené des frappes aériennes pour appuyer l’incursion turque. Mais son objectif principal est de chasser de cette zone les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), aile militaire du Parti de l’union démocratique (PYD) et alliés des Etats-Unis. Alors qu’elle pénétrait en Syrie, la Turquie a effectué plusieurs frappes aériennes et tirs d’artillerie contre des positions du PYD/YPG. Le PYD/YPG est l’organisation sœur syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), basé en Turquie. Les forces turques mènent depuis un an une offensive sanglante contre le PKK en Turquie, où l’oppression des Kurdes est un des fondements du nationalisme et du régime bourgeois turcs.
Dans le chaos sanglant de la guerre civile syrienne, le PYD/YPG a réussi à se tailler un territoire composé de deux régions semi-autonomes disjointes au Nord-Est et au Nord-Ouest de la Syrie. Les YPG tentent ces derniers mois de relier ces deux régions, y compris en en chassant des populations arabes et turkmènes. La Turquie refuse toute forme d’indépendance pour le Rojava (le terme kurde qui désigne le Kurdistan syrien) et elle s’est positionnée entre ces deux enclaves kurdes pour empêcher qu’elles ne deviennent contiguës.
De leur côté, les Etats-Unis sont d’accord avec la Turquie pour refuser que les deux régions tenues par les Kurdes ne se rejoignent, tout en continuant à soutenir le PYD/YPG, qui est devenu l’allié le plus fiable de l’impérialisme américain dans sa guerre contre l’EI. Lors de sa visite à Ankara le 24 août dernier, le vice-président américain Joe Biden a intimé l’ordre aux YPG de se retirer à l’Est de l’Euphrate, menaçant même d’arrêter l’aide militaire américaine si elles n’obtempéraient pas. Cette menace confirme que la politique des Etats-Unis a toujours été de s’opposer à l’indépendance kurde.
La visite de Biden avait pour but de ressouder les relations américano-turques, qui étaient déjà tendues avant le coup d’Etat et se sont depuis encore dégradées. Ces tensions sont en grande partie dues à l’alliance contre l’EI entre les Etats-Unis et le PYD/YPG. Washington a qualifié d’« inacceptables » les affrontements entre la Turquie et les nationalistes kurdes. Un haut responsable américain insiste à propos du bombardement par la Turquie des forces des YPG que les Etats-Unis « n’ont pas été impliqués dans ces actions, elles n’étaient pas coordonnées avec les forces américaines, et nous ne les soutenons pas ». Les Etats-Unis continuent leur numéro d’équilibriste entre deux ennemis jurés, un allié (la Turquie) et un supplétif (le PYD/YPG), ce qui exacerbe les tensions avec Ankara.
La Turquie est membre de l’OTAN et alliée historique des Etats-Unis ; elle constituait une base d’opération stratégique contre l’Union soviétique pendant la guerre froide. Depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991-1992, les Etats-Unis comptent sur la Turquie, souvent présentée comme un régime musulman sunnite « stable » et « modéré », pour jouer le rôle de gendarme régional. En même temps, la Turquie est une puissance régionale ayant ses propres intérêts, qui ne coïncident pas toujours avec ceux de Washington.
Ankara souhaite voir le président syrien Bachar Al-Assad, qui appartient à la minorité alaouite, remplacé par un régime à base sunnite qui lui servirait de point d’appui pour étendre l’influence de la Turquie dans la région. Après le déclenchement de la guerre civile syrienne, et alors même qu’elle prétendait s’opposer à l’EI, la Turquie a ouvert ses frontières au flot de djihadistes qui voulaient rejoindre la Syrie, et elle leur a fourni une aide financière et militaire. Mais, en juillet 2015, elle a donné aux Etats-Unis l’autorisation de mener des opérations contre l’EI depuis la base militaire d’Incirlik ; en échange Ankara a obtenu le feu vert des Etats-Unis pour mener des frappes aériennes contre le PKK dans le Nord de l’Irak. Depuis cette date, l’EI a revendiqué une série d’attentats-suicides en Turquie. Alors que les Etats-Unis et la Russie sont en train de négocier sur la question de la guerre civile en Syrie, le régime d’Erdogan veut s’assurer qu’il aura son mot à dire sur le résultat, y compris en se jetant dans la mêlée en Syrie.
Dès avant la tentative de coup d’Etat, Erdogan manœuvrait pour consolider sa position dans la région, notamment en prenant l’initiative d’un rapprochement avec la Russie. Les relations russo-turques avaient été gravement compromises fin 2015 quand la Turquie avait abattu un avion de combat russe au-dessus du Nord de la Syrie. Il est significatif que Moscou ait été la première capitale visitée par Erdogan après le coup d’Etat ; on dit qu’il a reçu à cette occasion l’assurance de Poutine que la Russie ne s’attaquerait pas aux forces turques si celles-ci pénétraient en Syrie. Bien que la Turquie et la Russie aient des intérêts divergents en Syrie, où la Russie soutient militairement le régime d’Assad, toutes les deux (comme les Etats-Unis) sont d’accord pour préserver « l’intégrité territoriale » de la Syrie, c’est-à-dire pour s’opposer à un Rojava indépendant.
Dans la guerre civile syrienne, tous les protagonistes mènent une guerre réactionnaire et intercommunautaire, et en tant que marxistes nous ne soutenons aucun camp, y compris dans les affrontements qui opposent entre eux les alliés turcs et les fantoches kurdes de Washington. Là où nous prenons un côté, c’est contre les Etats-Unis et les autres puissances impérialistes. C’est pourquoi, alors même que nous abhorrons et rejetons tout ce que représentent les tueurs fanatiques de l’EI, nous sommes pour la défense militaire de l’EI contre les Etats-Unis et leurs supplétifs, y compris les YPG. Tout coup porté à l’impérialisme américain coïncide avec les intérêts des masses laborieuses et opprimées du monde entier. En même temps, bien que nos ennemis principaux soient les impérialistes, nous nous opposons aussi aux autres puissances capitalistes impliquées dans le conflit syrien, comme la Turquie, la Russie et l’Iran, et nous exigeons leur retrait de Syrie.
Erdogan contre-attaque
En Turquie même, Erdogan a déclaré avec à-propos que la tentative de coup d’Etat était « un cadeau de Dieu » et il s’en est servi pour consolider son pouvoir. La vague de répression qu’il a déclenchée ne vise pas seulement ceux que le gouvernement accuse d’être derrière le coup d’Etat (l’ex-allié islamiste d’Erdogan Fethullah Gülen et ses partisans), elle vise aussi à museler toute critique. Le nombre d’arrestations est tel que le gouvernement a libéré près de 34 000 détenus condamnés à de courtes peines afin de faire de la place dans les prisons pour ceux qui ont été arrêtés au lendemain du coup d’Etat avorté. Comme nous l’expliquions dans notre article « Coup d’Etat manqué en Turquie : deux camps ennemis des travailleurs » (le Bolchévik n° 217, septembre) : « Nous ne savons pas qui étaient les putschistes, mais une chose est claire : la seule position conforme aux intérêts des travailleurs était de s’opposer à la fois au régime d’Erdogan et au coup d’Etat. »
Pour la première fois depuis le coup d’Etat militaire de 1980, l’état d’urgence a été décrété dans tout le pays, ce qui signifie qu’Erdogan peut se passer de l’accord du Parlement pour imposer de nouvelles lois et mesures restrictives. Le gouvernement menace ouvertement de rétablir la peine de mort. Des dizaines de milliers de personnes ont été chassées de l’armée et de la magistrature. Des milliers d’autres ont été licenciées dans les écoles et les universités. Plus de 130 médias ont été fermés et plus de 150 journalistes ont été arrêtés. Au moins 19 syndicats, accusés d’avoir des liens avec Gülen, ont été interdits. Erdogan multiplie les attaques visant des dirigeants et députés du Parti démocratique du peuple (HPD), un parti prokurde ; plusieurs d’entre eux ont été arrêtés et des poursuites pour « propagande terroriste » ont été engagées contre deux parlementaires.
La tentative de coup d’Etat a aussi fourni au Parti de la justice et du développement (AKP), le parti au pouvoir dirigé par Erdogan, une occasion d’accélérer la mise en place de son programme islamiste. Les partisans intégristes d’Erdogan, qui ont été appelés à descendre dans la rue la nuit du coup d’Etat depuis les nombreux minarets qui couvrent la Turquie, continuent de patrouiller dans les rues d’Istanbul, d’Ankara et d’autres villes du pays. Les femmes habillées à l’occidentale rapportent qu’elles subissent quotidiennement harcèlement et agressions, et les quartiers où vivent les minorités kurde et alévi sont la cible d’attaques. On a retrouvé le 8 août à Istanbul le corps de Hande Kader, une militante transgenre de 23 ans ; on l’avait violée et mutilée avant de brûler son corps. Une manifestation a eu lieu à Istanbul pour dénoncer le meurtre de Hande Kader, qui s’inscrit dans une série d’agressions visant des homosexuels et des transexuels.
Depuis leur arrivée au pouvoir en 2002, les « islamistes modérés » de l’AKP introduisent un programme d’islamisation. Erdogan l’expliquait ainsi à l’époque où il était maire d’Istanbul, dans les années 1990 : « Notre unique but est un Etat islamique. » La Turquie compte aujourd’hui près de 90 000 mosquées, soit une pour 900 habitants, et davantage d’imams que de médecins ou d’enseignants. Pendant son premier mandat de Premier ministre, Erdogan a essayé, sans succès, de faire de l’adultère un délit puni par la loi. Il a fait la leçon aux femmes qu’elles devaient avoir au moins trois enfants et il s’est élevé à de nombreuses reprises contre les droits des homosexuels. Son gouvernement a imposé des restrictions à la vente et à la publicité pour les boissons alcoolisées, encourageant ainsi les groupes de nervis intégristes, dont les attaques visant des bars et autres établissements vendant de l’alcool deviennent de plus en plus fréquentes ces dernières années.
Si Erdogan a pu consolider son pouvoir, c’est notamment parce qu’il a extraordinairement réussi à purger l’armée et autres institutions de l’Etat. Depuis la fondation de la république turque en 1923, l’armée s’est toujours présentée comme le défenseur de la laïcité. En 1960, en 1971 et en 1980, les coups d’Etat qu’elle a menés ont été suivis d’une répression sanglante contre le mouvement ouvrier, les militants de gauche et les Kurdes. L’armée s’est mobilisée en 1997 dans la rue et elle a contraint à la démission le gouvernement du précurseur de l’AKP. Erdogan, surtout à partir de 2008 quand il était Premier ministre, a commencé une purge systématique des officiers laïques, considérés comme une menace pour son autorité. Comme nous l’écrivions dans notre article « Les protestations font vaciller le régime islamiste en Turquie » (le Bolchévik n° 205, septembre 2013), « aujourd’hui l’armée est subordonnée aux islamistes ».
Le Premier ministre Erdogan et l’AKP ont aussi mené des purges dans la police et la magistrature. C’est dans le contexte de ces purges que des partisans de Gülen, allié à l’époque à Erdogan, et son mouvement Hizmet (Service) ont mis la main sur des postes de décision dans ces institutions ainsi que dans l’armée. Mais en 2013, une fois les forces laïques neutralisées, l’AKP et Hizmet se sont brouillés. Quand des partisans de Gülen ont fait arrêter pour corruption plusieurs personnalités de premier plan alliées à Erdogan, le Premier ministre s’en est pris au Hizmet en lançant une série de purges, qui se sont considérablement accélérées suite au coup d’Etat avorté. Le régime réclame maintenant à Washington l’extradition de Gülen, qui vit aux Etats-Unis depuis 1999 ; les Etats-Unis n’ont toujours pas donné de réponse officielle.
Pour sa part, l’administration Obama sermonne hypocritement le régime Erdogan en lui demandant de respecter « les principes démocratiques » en réponse au coup d’Etat. Mais ce qui inquiète réellement Washington, c’est que les purges massives dans l’armée vont affaiblir l’influence américaine au sein des forces armées turques, la deuxième armée de l’OTAN en termes d’effectifs. Comme l’expliquait un article publié le 16 août dernier sur nbcnews.com :
« Parmi ceux qui ont été éliminés depuis un mois figure un groupe d’officiers pro-américains et pro-OTAN que les experts appellent les “atlantistes”. Ils avaient joué un rôle déterminant pour convaincre Erdogan de laisser les avions de combat et les drones américains utiliser la base aérienne d’Incirlik pour frapper des cibles de l’EI dans le Nord de l’Irak et de la Syrie. « Ces officiers étant maintenant en disgrâce, Washington pourrait perdre de son influence au lendemain de la purge décrétée par Erdogan. »
Quand le général Joseph Votel, commandant en chef des forces américaines au Proche-Orient, s’est plaint que beaucoup des officiers turcs avec qui Washington était en contact avaient été purgés, Ankara l’a sèchement rabroué. Certains responsables turcs ont accusé les Etats-Unis d’être derrière le coup d’Etat, ce que, bien sûr, Washington dément. Erdogan a répondu à Votel de se mêler de ce qui le regarde.
Il faut un parti ouvrier léniniste en Turquie
Erdogan jouit d’une réelle popularité dans la bourgeoisie provinciale d’Anatolie ainsi qu’auprès des masses rurales et dans les bidonvilles. En même temps, la société turque reste profondément polarisée. Les manifestations massives qui ont secoué le pays en 2013 ont rassemblé trois millions et demi de personnes. Ces manifestations avaient été provoquées par de violentes attaques de la police contre les rassemblements de protestation visant un projet immobilier dans le parc Gezi, à proximité de la place historique de Taksim dans le centre d’Istanbul. Ces manifestations reflétaient la profonde hostilité envers le régime islamiste d’une couche de la jeunesse issue des classes moyennes urbaines éduquées. Un certain nombre d’ouvriers membres des syndicats turcs, qui sont politiquement divisés, ont également pris part à ces manifestations, ainsi que des membres de la minorité nationale kurde opprimée. Finalement, le gouvernement est parvenu à écraser le mouvement par une répression brutale et en jouant sur l’hostilité largement répandue envers les Kurdes.
La Turquie est l’un des rares pays du Proche-Orient possédant un prolétariat industriel significatif. Cependant, moins de 10 % des travailleurs sont syndiqués, résultat notamment de la défaite massive qu’avait subie le mouvement ouvrier avec le coup d’Etat militaire de 1980, suivi de trente ans de répression brutale. La Confédération des syndicats progressistes (DISK), un syndicat de gauche, avait par exemple été interdite en 1982.
Mais la classe ouvrière n’a pas été sans réagir aux attaques ces dernières années. En mai 2015, plus de 20 000 ouvriers de l’automobile de Bursa, Ankara et plusieurs autres villes ont mené une série de grèves sauvages pour des augmentations de salaires, contre un accord qu’avait conclu le patronat avec Türk Metal, le principal syndicat de l’automobile. Outre l’augmentation des salaires, les grévistes réclamaient le droit d’adhérer au syndicat de leur choix, ce qui reflétait la colère accumulée contre la direction bureaucratique de Türk Metal. A la fin de cette vague de grèves, plusieurs milliers d’ouvriers avaient quitté Türk Metal pour rejoindre le syndicat de la métallurgie affilié à la DISK.
En réaction au coup d’Etat, la DISK a publié le 22 juillet un communiqué dénonçant à juste titre l’état d’urgence ; il précisait que de telles mesures sont « synonymes d’assassinats extra-judiciaires, de massacres, de disparitions en détention et de tortures ». Elle lançait une mise en garde : « Il est clair également que les droits des travailleurs sont gravement menacés par l’état d’urgence. » Mais la DISK affirme dans sa déclaration que « la solution est la démocratisation ». Il faut combattre l’attaque du gouvernement contre les droits démocratiques. Mais il faut comprendre que la démocratie capitaliste – toujours précaire et fragile en Turquie – est une couverture pour la dictature de la bourgeoisie, dont la domination repose nécessairement sur l’exploitation et l’oppression d’une grande partie de la population.
Le prolétariat doit prendre la tête de tous les exploités et opprimés dans la lutte pour renverser la domination capitaliste. C’est une question vitale. Dans cette perspective, il faut forger un parti ouvrier léniniste luttant pour arracher la classe ouvrière turque à la réaction religieuse, au chauvinisme turc et à toutes les formes de nationalisme. Un tel parti mènerait la lutte pour la libération des femmes par la révolution prolétarienne et pour l’autodétermination des Kurdes, sans quoi le combat pour le pouvoir ouvrier en Turquie n’est guère concevable.
A bas la guerre de la Turquie contre le peuple kurde !
Qu’elle soit laïque ou religieuse, l’élite dirigeante turque est unie pour réprimer les aspirations nationales des Kurdes. Depuis août 2015, plusieurs villes et localités kurdes au Sud-Est de la Turquie ont été transformées en champs de ruines par les chars et l’artillerie lourde turcs. En quelques mois, des centaines de civils ont été tués et plus de 350 000 personnes ont été déplacées quand le régime a lâché sa soldatesque contre le PKK. Erdogan a juré qu’il attaquerait le Kurdistan turc jusqu’à ce qu’il soit « complètement nettoyé » des « terroristes » du PKK. C’est une sinistre menace.
Cizre, une ville kurde de plus de 100 000 habitants dans la province de Sirnak, est l’une des plus durement touchées. Entre le 14 décembre 2015 et le 2 mars 2016, cette ville a été soumise au couvre-feu et interdite d’accès. Quand le siège a été levé, 160 civils avaient été tués. Peut-être le pire massacre à ce jour dans cette guerre a été commis par les forces de sécurité turques qui ont tué 130 personnes, des civils désarmés et des combattants blessés pris au piège dans les sous-sols de trois immeubles. Ce n’était que le dernier carnage en date d’une série d’attaques qui depuis 1984 ont coûté la vie à plusieurs dizaines de milliers de Kurdes. Le prolétariat international doit absolument prendre position pour la défense militaire du PKK contre la Turquie et exiger le retrait du Kurdistan de toutes les forces turques.
L’offensive actuelle contre le Kurdistan turc s’inscrit dans le contexte de la défaite humiliante qu’a subie l’AKP aux élections de juin 2015. Non seulement il n’a pas réussi à obtenir une majorité de députés, mais le parti prokurde HDP a recueilli plus de 13 % des voix, dépassant ainsi le seuil des 10 % nécessaire pour obtenir des sièges au parlement. Le HDP est un parti nationaliste petit-bourgeois à qui son vernis progressiste a permis d’obtenir le soutien de bon nombre de Turcs laïques, libéraux ou de gauche. Encore plus humiliant pour Erdogan : malgré son soutien aux droits des femmes et des homosexuels, le HDP a réussi à attirer à lui une partie considérable de la base kurde socialement conservatrice de l’AKP, qui en voulait à Erdogan parce qu’il avait refusé, en 2014, de laisser les combattants kurdes rejoindre Kobané, une ville kurde syrienne alors assiégée par l’EI.
Le régime a réagi au vote de juin 2015 en appelant à de nouvelles élections en novembre de la même année. Il a fait passer à la trappe le cessez-le-feu conclu en 2013 avec le PKK, qui battait déjà de l’aile du fait des succès militaires du PYD/YPG en Syrie, et il a énormément intensifié son offensive contre les Kurdes pour pousser à son paroxysme le chauvinisme turc. Cette escalade a été marquée par une série de violentes attaques contre le HDP et ses partisans, y compris des attentats à la bombe imputés à l’EI. En juillet 2015, un attentat-suicide contre un rassemblement de militants principalement kurdes dans la ville frontalière de Suruç a fait plus de 30 morts et plus de 100 blessés. En septembre, des bandes de nervis ont attaqué et incendié dans tout le pays des locaux du HDP et des commerces appartenant à des Kurdes. Cette violence a culminé avec deux attentats-suicides en octobre à Ankara lors d’un rassemblement pour la paix organisé par plusieurs groupes de gauche, des syndicats ouvriers et le HDP, faisant au moins 128 morts.
Le pari du régime a été payant. L’AKP a obtenu une majorité au parlement aux élections de novembre 2015, notamment en attirant d’anciens électeurs du Parti d’action nationale (lié au groupe fascisant des « Loups gris ») en le battant à son propre jeu sur le terrain d’un nationalisme turc hystérique.
Les Kurdes constituent la plus grande nation sans Etat du Proche-Orient. Au nombre de 25 à 35 millions, ils habitent la région montagneuse à cheval sur les frontières entre la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran. La moitié vit en Turquie, où l’oppression des Kurdes est un ciment liant les masses turques, y compris une part importante du prolétariat, à la classe dirigeante sanguinaire de ce pays.
Pour que le prolétariat de Turquie puisse un jour se libérer de l’exploitation capitaliste, il faut qu’il s’oppose au chauvinisme antikurde et qu’il prenne fait et cause pour l’autodétermination des Kurdes. Nous cherchons à gagner la classe ouvrière turque à la lutte pour un Kurdistan indépendant unifié dans le cadre de la lutte pour une république socialiste d’un Kurdistan unifié dans une fédération socialiste du Proche-Orient. Défendre le droit à l’autodétermination des Kurdes empêcherait l’impérialisme américain de manipuler les aspirations de ceux-ci afin de dominer encore davantage cette région, et cela contrecarrerait les manœuvres sordides des nationalistes kurdes eux-mêmes. C’est seulement en combattant toutes les manifestations de chauvinisme turc et d’oppression nationale que le prolétariat turc ouvrira la voie à une lutte conjointe avec les travailleurs kurdes contre leurs exploiteurs et leurs oppresseurs capitalistes communs.
Nous soutenons aussi l’indépendance des Kurdes vis-à-vis des différents Etats capitalistes (par exemple le droit des Kurdes de Turquie à faire sécession). Mais en Irak et en Syrie, les nationalistes kurdes subordonnent actuellement à leur alliance avec l’impérialisme américain le juste combat pour l’autodétermination. Ce crime des nationalistes, c’est le peuple kurde opprimé depuis si longtemps qui en paiera le prix.
Peu après que les dirigeants kurdes se furent ralliés à la guerre impérialiste contre l’EI, nous avons lancé cette mise en garde : « En vendant ainsi leur âme aux impérialistes ainsi qu’aux différents régimes bourgeois locaux, les dirigeants kurdes aident à perpétuer les stratagèmes de division qui ne peuvent qu’attiser les tensions intercommunautaires, nationales et religieuses et renforcer au bout du compte l’oppression des Kurdes eux-mêmes » (« A bas l’intervention impérialiste au Proche-Orient ! », le Bolchévik n° 210, décembre 2014). Aujourd’hui, au lendemain de l’incursion turque en Syrie, beaucoup de Kurdes craignent avec raison que leurs parrains impérialistes ne les trahissent encore une fois. Comme l’expliquait un article publié le 1er septembre dans le New York Times, « l’histoire enseigne aux Kurdes qu’ils sont le jouet des grandes puissances et qu’on se sert d’eux pour mener les batailles des autres, avant de les abandonner ».
Le nationalisme petit-bourgeois du PKK est une impasse
Nous sommes pour la défense militaire du PKK en Turquie mais nous sommes radicalement opposés à son programme nationaliste petit-bourgeois, qui est un obstacle à la libération des masses kurdes. Le PKK, qui s’est développé en réaction à l’oppression multiforme des Kurdes, a été fondé officiellement en 1978. Dirigé par Adbullah Öcalan (surnommé Apo, « oncle »), le PKK se prétendait « marxiste-léniniste », ce qui reflétait l’expérience urbaine d’Öcalan quand il était étudiant à Ankara, à une époque où les doctrines de Mao Zedong et de Che Guevara étaient populaires dans la jeunesse radicalisée. Malgré son discours, le PKK n’a jamais rien eu à voir avec le marxisme.
Öcalan rejette la lutte pour un parti léniniste révolutionnaire basé sur le prolétariat turc et kurde. Comme beaucoup de militants de gauche turcs et kurdes de la fin des années 1960 et du début des années 1970, il a choisi la voie guérilliste. Avec ses partisans, il s’est retranché dans les campagnes et s’est ainsi détourné des ouvriers combatifs d’Istanbul, Ankara, Sivas et Adana.
Les nationalistes petits-bourgeois du PKK mènent bien sûr depuis trente ans une lutte militaire héroïque contre l’armée turque, et ils bénéficient d’un soutien de masse dans la population kurde au Kurdistan turc, dans les centres urbains de l’Ouest de la Turquie et dans la diaspora en Europe de l’Ouest et ailleurs. Toutefois, le PKK utilise la guérilla simplement pour accéder à la table de négociations, où il espère faire pression sur la bourgeoisie turque pour obtenir des concessions. En 2013, alors qu’un accord de cessez-le-feu entre le régime d’Erdogan et le PKK était en vigueur, le Parti pour la paix et la démocratie, prédécesseur du HDP, a tardé à rejoindre les manifestations du parc Gezi car il ne voulait pas mécontenter le gouvernement turc. En réalité, les nationalistes kurdes colportaient l’illusion que le régime d’Erdogan pourrait être favorable à la cause du peuple kurde.
Particulièrement depuis la destruction contre-révolutionnaire de l’Union soviétique, le PKK a de plus en plus adapté sa politique au climat réactionnaire du monde postsoviétique, remplaçant ainsi son engagement formel pour l’indépendance du Kurdistan par la revendication d’une forme ou d’une autre d’« autonomie ». Mais l’autonomie régionale sous le capitalisme signifie que le pouvoir de décision reste entre les mains de l’Etat national. Comme le montre l’offensive en cours contre le PKK, même si un tel accord était signé, ce serait l’Etat turc et son armée qui détermineraient quels droits auraient ou non les Kurdes. Ceci ne conduira jamais à la libération nationale des Kurdes.
Tout en cherchant à obtenir des concessions de la part de l’Etat turc, les nationalistes kurdes appellent aussi les impérialistes occidentaux « démocratiques » à faire pression sur la Turquie. L’un des dirigeants du HDP, Selahattin Demirtas, a publié un article dans le numéro de juillet 2016 du Monde diplomatique où il décrit la brutalité des attaques d’Erdogan et de l’AKP contre le peuple kurde et les opposants au régime en Turquie. Mais son article est avant tout un appel adressé à l’Union européenne (UE) et à ses institutions pour leur demander de venir en aide aux Kurdes :
« L’Europe regarde ailleurs alors que des valeurs aussi universelles que la démocratie et les droits humains sont piétinées en Turquie. Les Européens s’inquiètent de la crise des réfugiés, tandis que les Américains se soucient surtout de la guerre contre l’Organisation de l’Etat islamique (OEI). Certes, ce sont des dossiers cruciaux. Mais pourquoi négliger la situation des Kurdes de Turquie, à laquelle ils sont étroitement liés ? On peine à comprendre ce silence devant les violations des droits fondamentaux par M. Erdogan et par l’AKP, qui utilisent les rescapés de la guerre en Syrie comme arme de chantage. »
Contrairement aux illusions des nationalistes kurdes, les impérialistes des Etats-Unis et de l’UE sont des ennemis des opprimés, y compris des Kurdes. L’Allemagne, puissance principale de l’UE, entraîne et arme de concert avec les Etats-Unis les escadrons de la mort de l’armée turque déployés au Kurdistan. Les Etats-Unis et l’UE ont emboîté le pas à la Turquie en qualifiant le PKK d’organisation « terroriste » et ils l’ont interdit. La CIA a joué un rôle clé dans la capture d’Öcalan par la Turquie en 1999. Nous exigeons la libération d’Öcalan et nous sommes contre les mesures d’interdiction visant le PKK. Plus fondamentalement, l’UE est un consortium de puissances capitalistes dont l’objectif est d’intensifier l’asservissement de la classe ouvrière dans toute l’Europe et d’imposer la domination des pays les plus faibles de l’UE par leurs suzerains impérialistes, notamment l’Allemagne. La LCI s’oppose depuis toujours à l’UE.
Les organisations réformistes comme le Comité pour une Internationale ouvrière (CIO) de Peter Taaffe [dont la section française est la Gauche révolutionnaire] et le groupe britannique Workers Power entretiennent les illusions dans les nationalistes kurdes. Ces deux groupes ont appelé à voter pour le HDP. La section turque du CIO a défendu le vote pour le HDP dans un article du 20 novembre 2015, publié sur son site internet, appelant la DISK, les autres fédérations syndicales et des groupes de gauche, « ensemble avec le HDP », à « organiser une conférence centrale sur l’initiative commune » pour construire un « bloc démocratique ». La Ligue pour la Cinquième Internationale de Workers Power a publié le 7 juin 2015 un article intitulé « Turquie : Voter HDP le 7 juin – Et ensuite construire un parti révolutionnaire ». Contrairement au CIO, Workers Power notait avec raison que « le HDP n’est pas un parti ouvrier mais une organisation petite-bourgeoise » – ce qui ne l’a pas empêché de voter quand même pour ce parti.
Nous défendons le HDP et ses dirigeants contre les attaques de l’Etat turc et nous exigeons la levée de toutes les inculpations à leur égard. Mais appeler à voter pour le HDP, c’est subordonner le prolétariat de Turquie à un parti petit-bourgeois dont le programme est par définition hostile aux intérêts historiques de la classe ouvrière. Appeler la classe ouvrière à soutenir des formations non prolétariennes « progressistes » et « démocratiques », comme le font depuis longtemps des réformistes en tout genre, a été dans l’histoire l’un des principaux obstacles à l’acquisition par la classe ouvrière d’une conscience de classe socialiste. Cela a pour effet de priver le prolétariat de son indépendance politique vis-à-vis de son ennemi de classe.
(cont. )
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/218/turquie.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

A propos des syndicats industriels : une précision

https://archive.is/6pqfV
Le Bolchévik nº 219 Mars 2017
A propos des syndicats industriels : une précision
Dans notre article de bilan de la mobilisation contre la loi El Khomri (le Bolchévik n° 216, septembre 2016), nous avons écrit : « Nous sommes pour des syndicats industriels regroupant dans un seul syndicat l’ensemble des travailleurs d’une entreprise. » Nous sommes en général contre la division syndicale à tous les niveaux, y compris dans les entreprises, mais cette phrase donne à entendre qu’un syndicat industriel, ce serait un seul syndicat par entreprise, alors qu’un syndicat industriel vise à regrouper dans une seule organisation les travailleurs de toute une branche d’industrie. Comme nous l’avons expliqué dans notre tract de mars dernier contre la loi El Khomri (voir le Bolchévik n° 216, juin 2016), « Une direction lutte de classe chercherait à organiser tous les travailleurs dans un seul syndicat industriel, y compris les CDD, les intérimaires et les sous-traitants, pour en finir avec tous ces contrats au rabais. Une industrie, un seul syndicat ! »
Nous avons expliqué cette position après l’annonce de la fermeture de l’usine PSA à Aulnay-sous-Bois en région parisienne (le Bolchévik n° 201, septembre 2012) :
« Il faudrait élargir la mobilisation non seulement à tout le groupe PSA mais au-delà, y compris à l’ensemble de l’industrie automobile. Il faut lutter pour le partage du travail entre toutes les mains, sans perte de salaire, en étendant cette revendication à tous les travailleurs : non seulement tous les intérimaires doivent obtenir des contrats en CDI, mais aussi ceux qui travaillent chez les sous-traitants comme ceux de Magnetto sur le site de PSA Aulnay, ainsi que dans les usines sous-traitantes externes aux sites de PSA, où les syndicats sont encore plus faibles qu’à Aulnay et où règne souvent l’arbitraire patronal. »
Nous ajoutions que la lutte pour une grille commune de salaires et d’avantages sociaux « pose la question d’un syndicat industriel regroupant dans une même organisation tous les travailleurs employés dans la branche et luttant pour imposer une convention collective qui soit digne de ce nom ». La loi El Khomri rend d’autant plus cruciale la lutte pour des syndicats industriels : en faisant primer les accords d’entreprise sur les conventions collectives valables à l’échelle de branches d’industrie entières, elle va accroître la pression sur les syndicats d’entreprise pour imposer une course à la baisse des grilles salariales entre les entreprises.
Les syndicats sont au fond les organes de base pour défendre la classe ouvrière contre des attaques par la bourgeoisie et ses gouvernements. Le point de départ pour affronter les patrons doit être la plus grande unité possible des travailleurs, ce qui exige que les syndicats englobent le plus possible de travailleurs y compris salariés d’entreprises concurrentes entre elles (SNCF-DeutscheBahn-Veolia, Peugeot-Renault-Toyota, etc.). Nous sommes opposés aux divisions en syndicats concurrents soit par métier soit par tendance politique, qui ne peuvent qu’affaiblir la classe ouvrière pour défendre ses propres intérêts, comme on l’a encore vu en 2016 avec le cassage ouvert des grèves contre la loi El Khomri par la direction de la CFDT.
A cet égard, nous nous appuyons sur les luttes de la Troisième Internationale de Lénine et Trotsky contre les bureaucraties syndicales dirigeant les syndicats dans plusieurs pays capitalistes à l’époque, comme celle du « socialiste » Jouhaux de la CGT française, qui ont provoqué des scissions anticommunistes en excluant les communistes des syndicats. Trotsky écrivait en septembre 1922 :
« La scission des organisations syndicales en France menée pour des raisons politiques par Jouhaux et Cie est un crime tout aussi grave que la conduite de cette clique durant la guerre. Toute tendance ou doctrine a la possibilité de créer son propre groupement au sein de la classe ouvrière. Mais les syndicats sont les organisations de base de la classe ouvrière et l’unité des organisations syndicales est dictée par la nécessité de défendre les intérêts et les droits les plus élémentaires des masses laborieuses. Une scission des organisations syndicales pour des raisons politiques représente tout à la fois une trahison de la classe ouvrière et la confession de sa propre faillite. »
Aujourd’hui encore, les bureaucrates continuent à favoriser les divisions et scissions syndicales. De temps en temps on peut voir des bureaucrates qui dirigent des luttes ouvrières (normalement quand ils sont le dos au mur), comme par exemple l’a fait Martinez, chef de la CGT, face au gouvernement Hollande/Valls lors de la lutte contre la loi El Khomri. Mais fondamentalement, les bureaucrates syndicaux se placent dans le cadre du capitalisme et pratiquent la politique de la collaboration de classes avec leur propre bourgeoisie nationale : ils espèrent satisfaire les travailleurs avec quelques petites miettes jetées par les patrons et le gouvernement, et ils passent des arrangements pour enchaîner la classe ouvrière au système capitaliste afin de protéger et préserver leur propre position de lieutenants ouvriers du capitalisme.
Il faut renforcer les syndicats pour que les travailleurs soient dans la meilleure position possible pour combattre les attaques des capitalistes et de l’Etat bourgeois. Mais pour vraiment gagner, il faut l’indépendance des syndicats par rapport à l’Etat capitaliste, la fin de la politique de collaboration de classes. La classe ouvrière doit se débarrasser de sa direction actuelle procapitaliste en la remplaçant par une direction lutte de classe, avec la perspective d’une solidarité internationaliste avec nos frères et sœurs de classe dans d’autres pays, contre le chauvinisme national et le protectionnisme. La construction d’une direction lutte de classe dans les syndicats est fondamentalement liée au combat pour forger un parti léniniste qui peut mener la classe ouvrière, et derrière elle tous les opprimés, à balayer par la révolution ouvrière tout le système capitaliste raciste et répressif.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/219/syndicats.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

Mexique : Manifs de masse contre la hausse de l’essence

https://archive.is/xn8Kk
Le Bolchévik nº 219 Mars 2017
Mexique : Manifs de masse contre la hausse de l’essence
Nous reproduisons la traduction d’un supplément du journal Espartaco de nos camarades du Grupo espartaquista de México (GEM) précédé d’une introduction de nos camarades américains parue dans Workers Vanguard (n° 1104, 27 janvier).
Des centaines de milliers de personnes descendent dans la rue partout au Mexique depuis le 1er janvier pour protester contre le gasolinazo, l’annonce d’une augmentation pouvant aller jusqu’à 20 % du prix de l’essence décrétée par le gouvernement PRI (Parti révolutionnaire institutionnel) du président Enrique Peña Nieto. Cette attaque contre les travailleurs, les paysans et les pauvres du Mexique a provoqué les plus grandes mobilisations de toute l’histoire dans un certain nombre d’Etats fédéraux et de villes. Dans les Etats frontaliers des Etats-Unis, les manifestants ont à plusieurs reprises bloqué les gares de péage et les postes-frontières.
Le black-out médiatique quasi-total sur ces manifestations aux Etats-Unis n’est pas un hasard. La bourgeoisie impérialiste américaine s’inquiète visiblement de l’instabilité persistante au sud de la frontière et veut maintenir les travailleurs américains dans l’ignorance des luttes menées par leurs frères et sœurs de classe mexicains. La peur et la révulsion suscitées par le nouveau président Donald Trump, qui ne rate pas une occasion de dénigrer le peuple mexicain, est un facteur supplémentaire des protestations au Mexique. Les tirades protectionnistes de Trump ont déjà conduit Ford et General Motors à reconsidérer leurs investissements au Mexique. Pendant ce temps, le peso mexicain, déjà orienté à la baisse, a atteint son plus bas niveau historique ces dernières semaines après les déclarations contre le Mexique de Trump et de son nouveau ministre du Commerce. Le prolétariat multiracial des Etats-Unis a une obligation particulière de s’opposer aux déprédations du mastodonte impérialiste américain qui condamne des millions de travailleurs et de paysans mexicains à la faim et au chômage, que ce soit sous les administrations démocrates ou républicaines.
Le gasolinazo a été provoqué par la suppression progressive du contrôle des prix dans le cadre de la réforme du secteur de l’énergie approuvée par le Congrès mexicain en 2013. Cette réforme antisyndicale a ouvert aux investissements étrangers la PEMEX, la compagnie pétrolière nationalisée. La décision de vendre la PEMEX s’inscrit dans la vague de privatisations exigées par les capitalistes américains pour ouvrir le marché mexicain à un pillage impérialiste illimité. L’accord de libre-échange ALENA sert à cela depuis longtemps ; il a provoqué la dévastation des campagnes mexicaines et énormément accru la pauvreté dans les villes. Les travailleurs des Etats-Unis doivent s’opposer à l’ALENA par solidarité avec les exploités et les opprimés du Mexique. L’opposition prolétarienne et internationaliste à l’ALENA n’a rien de commun avec le protectionnisme chauvin de Trump et des chefs de l’AFL-CIO [la centrale syndicale américaine].
Les luttes pour des révolutions ouvrières au Mexique et aux Etats-Unis sont intimement liées, notamment par l’intermédiaire des millions d’immigrés mexicains qui constituent une composante importante du prolétariat des Etats-Unis. Pour surmonter les divisions entre les travailleurs nés aux Etats-Unis et les immigrés, divisions qui sont autant d’entraves pour la classe ouvrière, il faut lutter contre le racisme anti-immigrés attisé par les capitalistes, qu’ils soient démocrates ou républicains. Aucune expulsion ! Pleins droits de citoyenneté pour tous les immigrés !
L’augmentation allant jusqu’à 20 % du prix de l’essence décrétée par le gouvernement détesté d’Enrique Peña Nieto est la conséquence des privatisations ; elle condamne à la misère et à la faim les masses mexicaines déjà pauvres. Le gouvernement bénéficie du soutien du PAN [Parti d’action nationale, le parti de droite clérical] et de la majorité des députés du PRD [Parti de la révolution démocratique]. Si on la rapporte au salaire minimum, l’essence aujourd’hui au Mexique est parmi les plus chères du monde. On s’attend à une augmentation significative des prix des denrées alimentaires. Les tarifs des transports publics, déjà exorbitants notamment à l’extérieur de Mexico, ont déjà augmenté, ainsi que ceux de l’électricité.
S’ajoutant à la dégringolade du peso par rapport au dollar, il semble que le gasolinazo a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Depuis le 1er janvier, le mouvement de colère s’est étendu à tout le pays. Il y a eu des manifestations de masse dans des dizaines de villes – par exemple 20 000 personnes à Monterrey le 5 janvier, 40 000 à Mexicali le 15 et 60 000 à Guadalajara le 22. Le 22 janvier également, plus de 5 000 ouvriers, principalement membres de la section syndicale 271 du syndicat des mineurs et des sidérurgistes, ont manifesté dans la ville portuaire de Lázaro Cárdenas, dans l’Etat de Michoacán. Des terminaux de la PEMEX ont été bloqués dans au moins neuf Etats. Le nœud ferroviaire à la frontière entre l’Etat mexicain de Sonora et l’Etat américain de l’Arizona a été paralysé, ce qui a perturbé plusieurs jours durant les importations et exportations. Le gouvernement a réagi par un déploiement massif de policiers, les chiens de garde de la bourgeoisie. La répression a été brutale, avec plus de 1 500 arrestations et au moins cinq morts. Libération immédiate de toutes les personnes arrêtées !
Pour lutter contre cette crise provoquée par les capitalistes mexicains et leurs parrains impérialistes, il faut mobiliser la puissance sociale de la classe ouvrière, à la tête de tous les opprimés, contre ce système d’exploitation et d’oppression inhumain. La classe ouvrière, qui fait fonctionner tout le mécanisme du capitalisme industriel moderne, a une gigantesque puissance sociale qui provient de son rapport aux moyens de production. Le Grupo Espartaquista de México lutte pour construire un parti ouvrier révolutionnaire sur le modèle du Parti bolchévique de Lénine et Trotsky, qui a conduit au pouvoir le prolétariat en Russie pendant la Révolution d’octobre 1917. Dans cette perspective, nous avançons aujourd’hui un programme d’action prolétarienne basé sur des revendications faisant le lien entre les besoins immédiats des masses et la lutte pour détruire le système capitaliste tout entier par une révolution socialiste.
Contre l’austérité et le chômage, les travailleurs doivent exiger une échelle mobile des salaires pour compenser la hausse du coût de la vie ! Du travail pour tous grâce à la réduction de la semaine de travail sans perte de salaire ! Contre le gasolinazo et la paupérisation galopante, pour des comités de contrôle des prix, composés de délégués d’usines, des syndicats, des coopératives, des organisations paysannes et de la population pauvre des villes ! Contre le pillage impérialiste, la classe ouvrière doit lutter pour la nationalisation des industries clés comme l’énergie. Expropriation des banques, des compagnies de distribution d’eau, de gaz, d’électricité et de télécommunications, des transports et des ports !
Face à ces revendications, la bourgeoisie dira qu’elle ne peut pas donner du travail à tous ou assurer à toutes les familles une alimentation, un logement et des conditions de vie décentes, étant donné que cela écornerait ses profits. Cela montrera aux masses que le système capitaliste mérite de périr, et que pour imposer des mesures simples et rationnelles comme celles-ci il faut exproprier les expropriateurs, la bourgeoisie tout entière. Nous cherchons ainsi à diffuser un niveau de conscience révolutionnaire parmi les travailleurs et à détruire les illusions colportées par les populistes bourgeois du PRD et de Morena [le Mouvement pour la régénération nationale d’Andrés Manuel López Obrador, ancien candidat du PRD à l’élection présidentielle] : ceux-ci font croire que l’on pourrait réformer le système capitaliste pour le mettre au service des intérêts des exploités et des opprimés. Il faut abolir la propriété privée des moyens de production par une révolution socialiste qui instaurera un gouvernement ouvrier et paysan.
Trump et Peña Nieto : quand le maître congédie le laquais
Depuis des dizaines d’années, la bourgeoisie mexicaine et ses gouvernements obéissent servilement aux diktats impérialistes. Ils ont livré l’économie mexicaine à un pillage sans frein de la part de la bourgeoisie des Etats-Unis grâce à des privatisations massives, à l’élimination des subventions agricoles, à des attaques contre les syndicats et surtout grâce à l’ALENA, un traité mettant en coupe réglée le Mexique. En même temps, une poignée de capitalistes mexicains se sont enrichis dans l’ombre de leurs maîtres. Le résultat pour les masses ? Des campagnes dévastées et un désespoir croissant parmi les millions de paysans qui y vivent encore, et dont beaucoup appartiennent à des peuples indigènes misérables et opprimés. Sans compter un chômage de masse que dissimule à peine l’« économie informelle », et une dépendance accrue envers l’importation des produits alimentaires de base. La raison d’être de l’ALENA est de renforcer les impérialistes nord-américains face à leurs rivaux européens et japonais. Tandis qu’au Mexique l’ALENA n’a apporté qu’une misère affreuse et généralisée, aux Etats-Unis et au Canada il a servi aux bourgeoisies impérialistes d’instrument pour attaquer le niveau de vie de la classe ouvrière, provoquer des licenciements massifs et affaiblir gravement les syndicats.
Mais les maîtres impérialistes en réclament toujours davantage. En exigeant une renégociation de l’ALENA à l’avantage des impérialistes, sur la base d’un protectionnisme féroce, le démagogue raciste Trump semble vouloir abandonner ses laquais bourgeois mexicains à leur sort en exigeant une renégociation de l’ALENA à l’avantage des impérialistes. Mais il ne faut pas oublier un instant que c’est le démocrate Bill Clinton qui a été à l’initiative de l’ALENA et l’a signé. C’est sa femme Hillary, quand elle était ministre des Affaires étrangères d’Obama, qui a conçu le plan de privatisation du pétrole mexicain. Et c’est Obama, qui était jusqu’à récemment « expulseur en chef », qui a battu le record d’expulsions ordonnées par un président américain : plus de deux millions. Le Parti démocrate et le Parti républicain sont tous deux des partis de l’impérialisme américain.
Dans une déclaration commune publiée par la Spartacist League/U.S., la Trotskyist League/Ligue trotskyste du Canada et le Grupo Espartaquista de México, sections de la Ligue communiste internationale, nous écrivions : « La lutte contre l’ALENA est une bataille contre la domination du Mexique par l’impérialisme américain ». Nous ajoutions : « Nous appelons les travailleurs mexicains, américains et canadiens à s’unir pour s’opposer à ce pacte anti-ouvrier » (Workers Vanguard n° 530, 5 juillet 1991). Non seulement cela reste vrai un quart de siècle plus tard, c’est même devenu encore plus urgent.
Nous, trotskystes, ne tirons pas un trait d’égalité entre le protectionnisme dans les pays néocoloniaux, où il représente une mesure d’autodéfense nationale, et le protectionnisme des impérialistes, qui attise le chauvinisme et vise à renforcer la domination d’une ou l’autre bourgeoisie impérialiste. Nous sommes contre la privatisation du pétrole, qui a pris effet juridiquement il y a déjà trois ans, même si les investissements impérialistes tardent à se concrétiser. Nous disons : A bas la privatisation de l’industrie de l’énergie ! Dans le contexte de la nationalisation de l’industrie pétrolière décrétée en 1938, James P. Cannon, le fondateur du trotskysme américain, déclarait dans un discours prononcé la même année au Mexique :
« Nous savons que nous ne pouvons pas renverser les impérialistes d’Amérique sans l’aide des Latino-Américains qui sont opprimés par ce même impérialisme […]. « L’expropriation des compagnies pétrolières est un acte qui inspire les travailleurs du monde entier. Il est regrettable que vous soyez obligés de payer ces brigands qui ont volé au Mexique ses ressources naturelles. En principe, la Quatrième Internationale est en faveur de l’expropriation des capitalistes sans aucune compensation. Si le peuple mexicain doit verser des compensations, c’est parce qu’il n’a pas encore reçu suffisamment de soutien de la part des travailleurs aux Etats-Unis. »
La bourgeoisie mexicaine et les impérialistes cherchent, avec la privatisation, à casser le syndicat des ouvriers du pétrole – une privatisation que la bureaucratie procapitaliste du syndicat a soutenue de façon criminelle. Ceci montre la nécessité urgente de lutter pour une nouvelle direction des syndicats, une direction lutte de classe qui soit indépendante de tous les partis bourgeois, que ce soit le PRI, le PAN, le PRD ou Morena.
Pour un gouvernement ouvrier et paysan !
Les manifestations actuelles ont pour principal mot d’ordre, qu’on entend maintenant depuis plusieurs années : « Peña Nieto, dehors ! » Peña Nieto doit effectivement dégager. Mais son remplacement par un populiste bourgeois comme AMLO [Andrés Manuel López Obrador] ou ses anciens collègues du PRD (sans parler des réactionnaires cléricaux et néolibéraux du PAN) n’apportera aucune amélioration substantielle pour les masses exploitées et opprimées. En fait, la raison fondamentale que Peña Nieto a donnée pour justifier le gasolinazo était que le Mexique, un pays exportateur de pétrole, importe plus de la moitié de l’essence qu’il consomme. C’est un exemple de l’incapacité fondamentale de la bourgeoisie mexicaine à développer les forces industrielles du pays.
Indépendamment de qui est au gouvernement et sur quel programme, le Mexique capitaliste continuera d’être un pays néocolonial asservi par l’impérialisme, soumis aux crises des marchés et aux fluctuations erratiques du prix du pétrole brut. Comme l’explique Trotsky avec la théorie de la révolution permanente, il n’est pas possible de briser le joug impérialiste ni de satisfaire les besoins de la population sous le capitalisme.
Les bourgeoisies de tous les pays à développement capitaliste retardataire sont absolument incapables de rompre avec l’impérialisme. Comme nous l’a enseigné Lénine, l’impérialisme est un système mondial d’exploitation et d’oppression dominé par les grands monopoles du capital financier soutenus chacun par son propre Etat-nation avec son armée et sa marine. Du fait de la pénétration impérialiste, le Mexique est un pays au développement inégal et combiné, où les techniques de production modernes coexistent avec la misère et l’arriération rurales.
Indépendamment de leurs divergences idéologiques, les bourgeoisies du tiers-monde sont attachées aux impérialistes par des milliers de liens, et elles sont trop faibles pour briser leur propre subordination. L’intérêt de la bourgeoisie est toujours de créer du profit – le système capitaliste tout entier a pour objectif de remplir les poches d’une poignée de richards. La classe ouvrière est la seule classe qui a la puissance sociale et l’intérêt de classe nécessaires pour détruire le capitalisme. Sous la direction d’un parti d’avant-garde léniniste-trotskyste et grâce à la révolution socialiste, la classe ouvrière pourra remplacer le système capitaliste par un régime ayant pour but de satisfaire les besoins de la population.
Le cœur de l’Etat bourgeois, ce sont des bandes d’hommes armés (la police, l’armée, les tribunaux et les prisons) qui défendent le système d’exploitation capitaliste. Il faut le détruire et construire un nouveau pouvoir d’Etat qui défendra le pouvoir de la classe ouvrière comme nouvelle classe dominante, avec derrière elle les pauvres des campagnes et des villes. Seul un gouvernement de conseils d’ouvriers et de paysans pauvres peut satisfaire les aspirations des masses à l’émancipation sociale et nationale.
Notre perspective, c’est la révolution permanente. Dans ce cadre, nous savons que pour défendre de telles conquêtes et avancer sur la voie du socialisme il faut lutter pour l’extension internationale de la révolution, et plus particulièrement son extension au colosse impérialiste que sont les Etats-Unis. D’un autre côté, une révolution au Mexique aurait un effet électrisant sur le prolétariat multiracial des Etats-Unis. Tout comme les travailleurs mexicains doivent rompre avec les lâches nationalistes bourgeois dans leur propre pays et reconnaître dans le prolétariat des Etats-Unis leurs frères de classe, les ouvriers américains doivent comprendre que leurs intérêts coïncident avec ceux du prolétariat mexicain, et avec ceux des prolétaires de tous les pays ; ils doivent rompre avec la politique des bureaucrates syndicaux traîtres dont la loyauté va au Parti démocrate impérialiste.
Il faut libérer la puissance de la classe ouvrière derrière une direction lutte de classe !
La plus grande partie de l’industrie moderne et de l’industrie lourde mexicaine (à l’exception, jusqu’à présent, du pétrole et de l’électricité) résulte des investissements impérialistes et est orientée vers l’exportation, avant tout vers les Etats-Unis. Comme l’expliquait Trotsky dans « Les syndicats à l’époque de la décadence impérialiste » (1940) : « Dans la mesure où le capital étranger n’importe pas de travailleurs mais prolétarise la population indigène, le prolétariat national joue rapidement le rôle le plus important dans la vie du pays. » La bourgeoisie crée son propre fossoyeur : l’ALENA a grossi les rangs du prolétariat industriel – le Mexique est par exemple aujourd’hui le quatrième exportateur mondial de voitures. Les économies mexicaine et américaine sont profondément imbriquées, et c’est quelque chose que la classe ouvrière peut utiliser à son avantage. Si les ouvriers de l’automobile mexicains faisaient usage de leur puissance sociale, ils pourraient paralyser tout l’appareil de production automobile des Etats-Unis.
Les syndicats sont actuellement affaiblis par l’offensive néolibérale qui dure depuis des années, et notamment par des défaites historiques comme la destruction du syndicat mexicain des ouvriers électriciens et les privatisations massives. En même temps, les manifestations actuelles sont politiquement dominées par des populistes bourgeois et (particulièrement à Mexico) par des éléments élitistes petits-bourgeois. Il est urgent que les syndicats se mobilisent pour défendre leurs propres intérêts et ceux de tous les pauvres. Des grèves menées par des secteurs puissants du prolétariat mexicain, comme le syndicat des mineurs ou celui des ouvriers du pétrole, pourraient faire trembler la faible bourgeoisie mexicaine et contrer les attaques de l’Etat bourgeois visant à affamer et réprimer la population. Il faut pour cela mener une lutte politique contre les bureaucraties procapitalistes qui enchaînent les syndicats aux partis et aux caudillos bourgeois, et les remplacer par une direction lutte de classe. Pour l’indépendance politique du mouvement ouvrier ! Pour commencer à affronter les attaques antisyndicales, il faut lutter pour syndiquer les non-syndiqués, y compris les salariés employés par des sous-traitants.
Le Grupo Internacionalista, comme les patrons, veut détruire le syndicat des ouvriers du pétrole
Le gouvernement est en train d’essayer de vendre des concessions pour les plates-formes pétrolières. Avec l’attaque actuelle, il cherche à lever le contrôle des prix sur les produits pétroliers pour augmenter la rentabilité des actifs dans ce secteur qu’il est en train de mettre aux enchères. Il doit démontrer à ses maîtres impérialistes qu’ils pourront tirer suffisamment d’argent du sang, de la sueur et des larmes des masses mexicaines. C’est également une attaque contre le syndicat des ouvriers du pétrole. Le journaliste de Televisa [une des grandes chaînes de télévision] Carlos Loret de Mola s’est répandu sur le fait que derrière le « chaos » provoqué par les « blocages et saccages » il y aurait la main de ce syndicat. Pour le quotidien El Financiero (16 janvier), celui-ci « est devenu une entrave au développement national ».
Le Grupo Internacionalista (GI) s’est joint aux porte-parole de la bourgeoisie qui soutiennent la campagne pour détruire le syndicat des ouvriers du pétrole. Loin de défendre ce syndicat contre la nouvelle offensive patronale, le GI affirme dans un tract récent (daté par erreur de janvier 2016) « le caractère bourgeois des "syndicats" charros, qui ne sont rien d’autre que des façades syndicales intégrées à l’Etat capitaliste et qui jouent le rôle d’une véritable police du mouvement ouvrier pour réprimer toute tentative de résistance des travailleurs ». Si on laisse de côté la rhétorique, pour le GI le caractère de classe des syndicats mexicains est déterminé par le parti bourgeois auquel ils sont liés. C’est ainsi que d’après le GI, les syndicats « bourgeois » seraient ceux qui soutiennent le PRI, tandis que ceux qui soutiennent les nationalistes bourgeois du PRD ou de Morena sont bien des syndicats « authentiques ». Mais la bureaucratie du syndicat des travailleurs du téléphone, par exemple, dirigé aujourd’hui encore par l’inamovible Francisco Hernández Juárez, qui a applaudi la privatisation de l’industrie du téléphone il y a 25 ans, est tout autant charra [vendue] que celle du syndicat du pétrole. Pourtant, pour le GI le syndicat des travailleurs du téléphone est un syndicat ouvrier « authentique ». Où est la logique dans ces fantaisies du GI ? Le détail clé, c’est qu’Hernández Juárez soutient le PRD tandis que Romero Deschamps [le dirigeant du syndicat du pétrole] soutient le mauvais parti bourgeois (le PRI).
Le GI a dû subrepticement « corriger » une version précédente de son tract, presque identique à quelques changements près. Il a ainsi modifié une phrase où il qualifiait par inadvertance les syndicats corporatistes de « syndicats » [sindicatos], qu’il traite désormais de « corporations » [gremios], avant d’ajouter : « Il faut dépasser le corporationnisme » [gremialismo]. Pour le GI, c’est une manière politiquement lâche de dire qu’il faut détruire les syndicats corporatistes de l’intérieur – c’est-à-dire de faire le sale boulot pour le compte des patrons. Le GI explique également dans la version révisée de son tract que « la section syndicale 22, formée d’enseignants dissidents, peut jouer un rôle crucial pour que devienne réalité la lutte commune de diverses corporations de travailleurs contre l’offensive du gouvernement ». La CNTE [syndicat des enseignants dont fait partie la section 22], à la remorque de laquelle le GI s’est placé depuis des années, est liée au caudillo bourgeois AMLO par l’intermédiaire de sa propre bureaucratie. Bien entendu le GI ne mentionne pas le soutien de la CNTE à Morena et à AMLO quand il confère aux enseignants dissidents un rôle « crucial » pour syndiquer d’autres travailleurs. Donc pour le GI, « l’indépendance complète vis-à-vis de la bourgeoisie » ne sera réalisée qu’une fois que des secteurs puissants comme les ouvriers du pétrole se mettront eux aussi à la traîne d’AMLO. Et alors peut-être le GI leur accordera son imprimatur comme syndicats ouvriers « authentiques ».
Bien qu’ils aient une direction procapitaliste, la défense des syndicats (les organisations de base de la classe ouvrière) contre les attaques des patrons et de leur Etat est une condition minimum pour lutter pour l’indépendance politique du mouvement ouvrier. Nous ne tirons pas un trait d’égalité entre les ouvriers syndiqués et la bureaucratie, ni entre la bureaucratie et la bourgeoisie. La classe ouvrière doit faire le ménage elle-même ! Comme l’expliquait Trotsky dans « Les syndicats à l’époque de la décadence impérialiste », la lutte pour la démocratie dans les syndicats « présuppose pour sa réalisation la complète liberté des syndicats vis-à-vis de l’Etat impérialiste ou colonial ». Il ajoutait : « Il est un fait certain que l’indépendance des syndicats, dans un sens de classe, dans leur rapport avec l’Etat bourgeois, ne peut être assurée, dans les conditions actuelles, que par une direction complètement révolutionnaire qui est la direction de la IVe Internationale. »
Hystérie bourgeoise contre les pillages
Lors des manifestations, certaines personnes ont profité de l’occasion pour se procurer quelques biens de consommation dans des grands magasins comme Elektra – qui appartient au magnat Ricardo Salinas Pliego, également propriétaire de TV Azteca – et dans des chaînes de supermarchés comme Aurrerá et Walmart. Certains ont apparemment réussi à récupérer leurs propres biens mis en gage chez d’infâmes usuriers. Cela s’est produit dans certaines des régions les plus pauvres du pays, notamment dans les Etats de Veracruz et Hidalgo, et dans les banlieues misérables de Mexico, comme Ecatepec et Zumpango. Les médias et une multitude de blogueurs petits-bourgeois ont mené une campagne de lynchage médiatique contre les « pillards ». AMLO a développé la ligne réactionnaire que le pillage constituerait une « stratégie fasciste ».
Comme un chœur de servants de messe, une grande partie de la gauche a joint sa voix aux vociférations de la bourgeoisie. Par exemple, les pseudo-trotskystes d’Izquierda Socialista [Gauche socialiste, liée à la Tendance marxiste internationale qui publie en France le journal Révolution] et du Movimiento de los Trabajadores Socialistas [la tendance « Révolution permanente » du NPA en France], qui sont à la remorque de Morena et d’AMLO, parlent d’infiltrations de partisans du PRI et d’actes de vandalisme. Cette hystérie n’est rien d’autre qu’une indifférence élitiste à la misère généralisée dans laquelle se trouvent d’énormes couches de la population. On a volé aux masses mexicaines leur pain, leur travail, leur terre et leur maison, et elles se battent maintenant pour survivre. Les quelques actes de pillage qui se sont produits début janvier au Mexique n’étaient ni une tactique radicale ni un crime du point de vue de la classe ouvrière ; ils reflétaient simplement le désespoir des pauvres. Les vrais pillards, ce sont ceux qui ont conduit le pays à la misère et à l’humiliation. Il faut mobiliser la puissance sociale de la classe ouvrière contre la répression !
La terrible oppression impérialiste que subissent les masses mexicaines a nourri les illusions nationalistes d’une fausse unité entre exploités et exploiteurs, sur la base d’un prétendu objectif commun de défendre la « patrie ». Le GEM lutte pour construire le parti prolétarien d’avant-garde qui aura pour tâche d’arracher les masses à l’influence de la bourgeoisie nationaliste-populiste, de combattre les illusions dans une réforme démocratique de l’Etat bourgeois et de canaliser les luttes des masses vers la prise du pouvoir par le prolétariat. Notre perspective, comme celle de Lénine et Trotsky, est internationaliste. Nous, les spartacistes de la Ligue communiste internationale, luttons pour reforger la Quatrième Internationale trotskyste et mener de nouvelles révolutions d’Octobre dans le monde entier.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/219/mexico.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

BUYING MY GRANDDAD HIS DREAM CAR!! Syndicate Car Club Official - Play Around - YouTube 2020 Carpet Offroad Syndicate Pre-Race - HobbyTown ... Street Racing Syndicate - Best Car Racing Game - YouTube Bitmex Syndicate Auto Bot - Short Sell DEMO - YouTube

Qu'est ce que le CNPA ? Le Conseil National des Professions de l'Automobile (CNPA) est une organisation patronale, fondée en 1902, pour défendre les intérets des entreprises de la distribution et des services de l'automobile en France. Il représente les chefs d'entreprises de toutes tailles ? de la petite entreprise au grand groupe ? de toutes spécialités et sur l'ensemble du territoire ... Le SNEGQ (Syndicat national des employés de garage du Québec) est affilié à la CSD (Centrale des syndicats démocratiques). Il peut ainsi répondre aux besoins particuliers de ses membres tout en leur offrant des services de professionnels expérimentés et en les faisant bénéficier de la force d’un plus grand groupe. le Syndicat des Entreprises des Services Automobiles en LLD et des Mobilites présente son organisation, ses missions, ses adhérents. ... le financement et la gestion de son parc automobile. Les véhicules sont loués pour une durée et un kilométrage définis au préalable. SAVOIR PLUS. 1 917 576 VÉHICULES GÉRÉS AU T2 2020. Le puissant syndicat automobile américain UAW a appelé 46 000 employés du constructeur General Motors (GM) à la grève pour peser sur les négociations d'une nouvelle convention collective. The SIA participates actively in the French automobile sector with the main professional automobile organisations (CCFA for the car manufacturers or FIEV for the component manufacturers), competitiveness clusters and institutes. In that capacity, it assumes the role of general secretariat of the Automobile Committees and Operational Advice related to new product or production technologies ...

[index] [908] [463] [3153] [1110] [1383] [5624] [7347] [1863] [1347] [5657]

BUYING MY GRANDDAD HIS DREAM CAR!!

The vibe in the pits is positive at the HobbyTown HobbyPlex in Omaha, Nebraska for the first Carpet Offroad Syndicate race of the Fall 2020 season. For a chance to win a FREE copy of GTA V! Follow me on Twitter: https://twitter.com/ProSyndicate Enjoyed the video!? Then Subscribe: http://bit.ly/SubToSyn Follow me on Twitter: https://twitter.com/#!/ProSyndicate The car costs around $5,000,000 to make! But they sell it for $1,800,000! Want to watch the race go... Just a throw together from playing around with video files and music. Syndicate Telling CaptainSparklez How all his friends & Orion crashed their cars into his house !! - Duration: 2:01. Syndicate Funny Moments 14,809 views

http://arab-binary-option.forex-markt.eu